À la uneBrèvesFrancePolitique

Le Canard enchaîné dévoile (encore) de nouveaux éléments sur Pénélope Fillon

“Le Canard enchaîné” révèle que Pénélope Fillon aurait touché 45 000 euros d’indemnités de licenciement à la suite de son emploi d’assistante parlementaire.

Il semblerait qu’un certain François Fillon a fait une opération-vérité en vain hier.

Les révélations du Canard s’enchaînent pour le candidat Les Républicains (LR) à la présidentielle. L’hebdomadaire qui sera dans les kiosques demain révèle que l’épouse de François Fillon, Pénélope, soupçonnée d’emploi fictif comme assistante parlementaire, a touché, en deux fois, des larges indemnités de licenciement. 45.000 euros au total ! Le tout aux frais de l’Assemblée nationale, et donc du contribuable.

D’après l’hebdomadaire satirique, Pénélope Fillon aurait perçu en août 2002 « 16 000 euros d’indemnités, soit l’équivalent de cinq mois de salaire », alors qu’elle avait retrouvé un mois plus tôt un emploi auprès du suppléant de François Fillon, Marc Joulaud. La femme du candidat dans la tourmente aurait également touché en novembre 2013 « 29 000 euros de primes » au terme de son « dernier contrat ». Le principal problème ici, c’est que « la législation ne prévoit pas un tel niveau d’indemnités de licenciement pour un collaborateur parlementaire », selon Le Canard Enchaîné.

On finit par se demander combien de révélations il faudra encore pour que Fillon abandonne sa candidature à la présidentielle. Une candidature déjà fortement compromise par tous ces scandales de corruption qui ont éclaté ces derniers jours.

Related posts
À la uneCultureÉtudiantFranceReportages

On a testé pour vous … la 8ème édition du concours Burgers Toqués

À la uneActualitéBrèvesInternational

Une femelle rhinocéros meurt noyée après une tentative d'accouplement

À la uneActualitéInsoliteMusique

Nicki Minaj invitée à la Maison Blanche pour discuter sur la vaccination

À la uneActualitéÉtudiantFranceSociété

#Anti2010 : pourquoi les élèves nés en 2010 sont moqués sur les réseaux sociaux ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux