À la uneCinémaFrance

Catacombes de Paris : qui sont les squelettes que l’on retrouve dans les souterrains ?

Deep Fear OCS catacombes squelettes Paris

À l’occasion de la diffusion du slasher “Deep Fear” sur OCS ce mercredi, focus sur les secrets des catacombes de la capitale française.

Vous avez envie de frissonner en vous replongeant dans les années 90 ? Deep Fear est fait pour vous. Réalisé par Grégory Beghin, et produit par François Touwaide et Noor Sadar (créateurs du studio Black Swan Tales), ce film de série B retrace le week-end macabre d’une bande d’amis : Sonia, Henri et Max. Alors qu’ils veulent marquer le coup pour fêter leur diplôme, ces derniers ont la merveilleuse idée (ou pas) de s’aventurer dans les catacombes de la métropole parisienne. Mais rapidement leur escapade va virer au cauchemar…

C’est quoi Deep Fear ? Paris, 1991. Trois amis sympathiques, Sonia, Henri et Max se retrouvent un soir dans un bar miteux pour fêter leur diplôme de fin d’études. Sonia décide alors de leur concocter un weekend inoubliable, en compagnie de son dealer, Ramy (dont elle est un peu amoureuse), qui leur propose de s’aventurer dans les dédales sombres et étroits des catacombes de Paris. Au départ, l’aventure semble plutôt excitante. Mais, au fur et à mesure de leur périple souterrain, les trois amis s’aperçoivent que quelqu’un ou quelque chose cherche à les empêcher d’en ressortir vivants.

En tant qu’anciennes galeries souterraines, les catacombes de Paris sont apparues à plusieurs reprises dans des films tels que Catacombes (2014) de John Erick Dowdle, par exemple. De par leur décor lugubre et chargé d’histoire, elles séduisent encore aujourd’hui des milliers de touristes et continuent de faire l’objet de diverses légendes. Notamment autour des squelettes qui peuplent les allées de l’attraction, aux allures de cimetière humain.

À qui appartiennent ces ossements ?

Paris, fin du XVIIIème siècle. La capitale française fait face à un gros problème d’insalubrité dans ces cimetières. Les autorités prennent alors la décision suivante : transférer les corps dans un autre endroit situé hors de la ville. C’est ainsi que les anciennes carrières de la Tombe-Issoire, constituées de 800 hectares de labyrinthe, sont mentionnées. Le projet des transferts d’ossements est confié à Charles-Axel Guillaumot, inspecteur au service de l’Inspection générale des carrières de Paris.

Les premières évacuations se déroulent de 1785 à 1787. Crânes, côtes, fémurs… Chaque os est minutieusement nettoyé avant d’être transporté à la tombée de la nuit jusqu’aux catacombes. L’objectif était “d’éviter” le plus possible “les réactions hostiles de la population parisienne et de l’Église“, relève le site officiel du lieu historique. Pendant près d’un siècle, les corps des Parisiens et Parisiennes seront répartis dans les souterrains. À noter également que les catacombes portaient à l’origine le nom d’«Ossuaire municipal de Paris».

À lire aussi : C’est quoi Madripoor, la cité de “non droit” dans l’univers Marvel ?

About author

Journaliste en quête d'expériences en tout genre
Related posts
À la uneCinémaCulture

Treize vies : le nouveau film de Ron Howard se dévoile

À la uneCinémaCulture

Johnny Depp bientôt de retour dans Pirates des Caraïbes ?

À la uneSéries Tv

Convention "Demain nous appartient" : quels acteurs seront présents ?

ActualitéFranceSociété

Comment se passe le détatouage ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux