À la uneActualitéFranceSociété

France : Ces étudiants ne veulent plus travailler pour des entreprises polluantes

Des milliers d’étudiants de grandes écoles ont signé un “manifeste pour un réveil écologique“, contre les entreprises qui polluent.

Créé il y a trois semaines, plus de 11.000 étudiants ont déjà signé ce “manifeste pour un réveil écologique“.  Ces étudiants d’aujourd’hui, et travailleurs de demain se mobilisent contre les entreprises polluantes. Ils veulent prendre leur “avenir en main en décidant collectivement d’anticiper et d’inclure” dans leur “quotidien” et leurs “métiers une ambition sociale et environnementale, afin de changer de cap et ne pas finir dans l’impasse.” Cette déclaration rejoint le manifeste des 15.000 scientifiques, publié en novembre dernier.

Ils viennent de Centrale Supélec, HEC, Polytechnique, Agro, ENS Ulm, et de bien d’autres établissements différents. Conscient des enjeux environnementaux et sociaux : “Nous sommes de plus en plus nombreux à penser qu’un changement radical de trajectoire est aujourd’hui l’option qui nous offre les perspectives d’avenir les plus épanouissantes.

“à quoi cela rime-t-il de se déplacer à vélo, quand on travaille par ailleurs pour une entreprise dont l’activité contribue à l’accélération du changement climatique ou de l’épuisement des ressources ?”, déclarent les étudiants dans leur manifeste.

Déterminés, ils espèrent  faire agir “les décideurs économiques et politiques“, “dont le seul objectif doit être de servir durablement l’intérêt général.” Et pensent “que l’élan collectif porté par le manifeste pourra apporter la motivation et le courage nécessaire à chacun pour prendre en compte ces enjeux dans sa vie professionnelle comme dans sa vie personnelle”

À lire aussi : Pourquoi faire traduire son CV ?

Continuez votre lecture
À la uneFootSport

Les trophées UNFP

À la uneActualitéBons PlansCultureÉtudiantSoiréesSortiesSportVie Étudiante

Plongez dans l'univers des ND4J rennaises

À la uneActualitéCultureSéries Tv

Game of Thrones, c’est fini…

À la uneActualitéFrancePolitique

Notre-Dame : la ville de Lyon renonce à verser son aide de 200 000 euros

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux