À la uneCultureHigh Tech

C’était il y a 10 ans … La mort de Steve Jobs

Il y a 10 ans, la multinationale Apple perdait son fondateur. L’entrepreneur américain Steve Jobs s’éteignait, après une immense carrière, le 5 octobre 2011.

Entrepreneur, inventeur, directeur général, cofondateur, et même informaticien, Steve Jobs avait bien des casquettes. Souvent considéré comme un génie ou un visionnaire, il a su créer un empire autour de l’informatique et de ses nombreuses inventions. À l’occasion des 10 ans de sa mort, VL vous propose de redécouvrir le parcours du créateur d’Apple

Originaire de San Francisco, il naît d’un père syrien et d’une mère américaine, il est alors abandonné dans un orphelinat pour une histoire d’héritage. Finalement, le jeune Américain est adopté par le jeune couple Jobs. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour l’électronique. Et c’est à ses 13 ans qu’il obtient son premier job d’été chez HP, l’entreprise d’informatique, d’imprimantes, de serveurs et réseaux, de logiciels et de multimédia. 

Ce sera au lycée que le prodige rencontrera le futur cofondateur d’Apple, son collègue Steve Wozniak. Alors qu’il étudie à l’université du Reed College, Steve Jobs s’ennuie et décide d’arrêter son cursus pour suivre les cours qui le passionnent. Toute sa vie, Jobs baignera dans l’informatique, avec des nombreux jobs comme concepteur de jeux vidéo à Atari avec son fameux collègue Wozniak. 

Les débuts d’Apple 

Deux ans après, les acolytes conçoivent un prototype d’ordinateur et le 1er avril 1976 et créent la société Apple avec une petite particularité… Les premiers produits de la marque sont réalisés dans le garage de Jobs. En 1977, tout s’intensifie avec la sortie de leur iMac II, le premier ordinateur personnel. Ils étendent alors leurs ventes au niveau national puis mondial.

Trois ans se sont écoulés et Apple entre en bourse, les ventes redoublent d’intensité et la société se fait une renommée mondiale. De plus, l’entrepreneur devient multimillionnaire à l’âge de 25 ans grâce à ses produits et ses titres. Cependant, ces prochaines créations chutent peu à peu, et en 1984, il décide de quitter ses fonctions. 

Ensuite, il fonde NeXT Computers, mais à l’inverse de sa précédente entreprise, celle-là chute aussitôt. Il rachète, peu de temps après, un studio d’animation encore peu connu du nom de Pixar. Sans quitter le monde de l’animation, il signe également un contrat avec Disney pour la production de Toy Story en 1995.

Son retour chez Apple 

En 1996, la pomme croquée rachète sa société NeXT et de fil en aiguille il reprend ses fonctions de PDG l’année suivante. La société n’est plus la même que lorsqu’il l’a quitté, elle bat fortement de l’aile depuis son départ. Au bord de la faillite, il lance le MacBook, puis l’iPod et enfin iTunes. La marque, relancée, décide même d’ouvrir des boutiques Apple Store dans les capitales du monde entier pour étendre encore plus ses ventes. 

Après avoir révolutionné le monde informatique ainsi que le monde de la musique (iTunes), Steve Jobs se lance finalement dans la téléphonie avec la sortie de l’iPhone en 2007. Dans son offre, plus que visionnaire, il propose de la photo, de la vidéo, de l’internet et de la musique dans un petit écran de 3,5 pouces. Une invention qui révolutionne totalement l’univers de la téléphonie. 

Finalement, Jobs fait connaître une nouvelle fois Apple comme le pionnier de la technologie en sortant son premier iPad. Compromis entre l’ordinateur et le téléphone, sa tablette numérique sort en 2010. Atteint d’un cancer du pancréas depuis 2003, son état se dégrade peu à peu. Après avoir rendu sa petite entreprise de garage une multinationale, Steve Jobs s’éteint finalement avec le reste de son génie en 2011 à l’âge de 56 ans. 

À lire aussi : 5 éléments pour comprendre…l’ascension de Bill Gates

Crédit photo : Photo de Kartikey Das provenant de Pexels

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéPolitique

5 éléments pour comprendre ... la crise des sous-marins

À la uneSéries Tv

Lancement du tournage de La Flamme saison 2

À la uneCinéma

Halloween Kills : une dernière bande annonce efficace

À la uneActualitéCinémaInsolite

Un Français regarde Kaamelott 203 fois et bat le record du monde de visionnage d'un film

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux