À la uneCulture

C’était il y a 60 ans … Les 101 dalmatiens, le Disney canin

Les studios Disney fêtent encore un anniversaire cette année. Les dalmatiens et leur pire ennemie Cruella D’Enfer soufflent les bougies pour les 60 ans du dessin-animé. 

À l’occasion de la prochaine sortie de son reboot Cruella et l’anniversaire de ses 60 ans, VL vous propose de revenir sur les pas du classique Les 101 Dalmatiens.

En 1961, l’adaptation du roman The One Hundred and One Dalmatians de Dodie Smith sortait au cinéma. Pour le studio Walt Disney Productions, c’était son 21e long-métrage et son 17e classique d’animation. Avec plus de 14,6 millions téléspectateurs au rendez-vous, il devint rapidement le troisième plus grand classique de Disney après Le Livre de la Jungle et Blanche-Neige et les Sept nains.

Après l’échec cuisant du dessin animé La Belle au bois dormant, deux ans plus tôt, Walt Disney se rend compte que les spectateurs attendent un histoire différente et non un énième conte de fée. Dans cette histoire-ci, il décide de prendre comme protagoniste une nouvelle fois des chiens après La Belle et le Clochard de 1957. C’est, par ailleurs, le premier classique Disney a utiliser la technique de Xérographie.

Pour rappel : Pongo et Perdita, deux magnifiques dalmatiens, ont un beau jour quinze bébés chiens. Leur joie et celle de leurs maîtres, Roger et Anita, serait sans ombre si l’infâme Cruella, ancienne camarade de classe d’Anita, ne convoitait les chiots pour la réalisation d’un manteau de fourrure. Un soir, profitant de l’absence du couple, les méchants Jasper et Horace font main basse sur la portée. Pongo et Perdita se lancent alors dans un plan de sauvetage désespéré qui va les conduire à mener vers l’évasion non pas 15, mais quelque 99 chiots…

Cruella, le nouveau reboot

Au son de « Cruelle diablesse, cruelle diablesse … », on pense directement à la méchante au manteau de fourrure. Bonne nouvelle pour les fans de l’antagoniste aux cheveux noirs et blancs car elle sera de retour le 26 mai au cinéma.

Et on vous laisse découvrir le synopsis : Londres, années 70, en plein mouvement punk rock. Escroc pleine de talent, Estella est résolue à se faire un nom dans le milieu de la mode. Elle se lie d’amitié avec deux jeunes vauriens qui apprécient ses compétences d’arnaqueuse et mène avec eux une existence criminelle dans les rues de Londres. Un jour, ses créations se font remarquer par la baronne von Hellman, une grande figure de la mode, terriblement chic et horriblement snob. Mais leur relation va déclencher une série de révélations qui amèneront Estella à se laisser envahir par sa part sombre, au point de donner naissance à l’impitoyable Cruella, une brillante jeune femme assoiffée de mode et de vengeance … (par Allocine)

Inspiré de faits réels?

Le film de 1961 est adapté d’un roman de Dodie Smith publié en 1956. Walt Disney avait, après être tombé amoureux de l’ouvrage, racheté les droits l’année suivante avant de l’adapter en long-métrage. Et l’histoire de Smith est directement inspirée de la sienne. Il s’avère que le chien Pongo a réellement existé ainsi que les 15 chiots de la portée. Quant à Perdita, elle a également existé mais n’était pas la mère des chiots. 

L’adaptation en film de 1996

Suite à la réussite du long métrage au style classique, les studios Disney décident de l’adapter en Live Action en 1996. Peu de choses changent avec la nouvelle version, l’histoire est la même mais à notre époque. Anita travaille en tant que dessinatrice de mode pour la maison de couture de l’antagoniste Cruella D’Enfer. Cette dernière, interprétée par l’actrice Glenn Close, a permis au film de remporter un Golden Globes. En 2000, le live action a même le droit à une suite avec le film 102 Dalmatiens.

À lire aussi : C’était il y a 70 ans … Alice au pays des merveilles, le classique psychédélique

About author

Journaliste
Related posts
À la uneCinéma

Un espion ordinaire, Tokyo Shaking..Les 5 sortes cinéma à ne pas manquer cette semaine

À la uneFaits DiversFrance

Un enfant de deux ans agressé par une toxicomane à Paris

À la uneSéries Tv

Only murders in the building : Steve Martin, Martin Short et Selena Gomez dévoilent la série de Star

À la unePolitique

Le gouvernement lance une campagne de communication pour lutter contre l’abstention

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux