C’est le 20 février 1968 que naît la série Columbo sur NBC. Et 50 ans après, le personnage est toujours une valeur sure du petit écran. Comment expliquer cette longévité ?

C’est quoi Columbo ? Un crime est commis, un lieutenant de police enquête et confond le coupable dans les dernières minutes de l’épisode … A ceci près que le spectateur a vu le meurtre se commettre et connaît le coupable dès le début. S’ensuit un duel psychologique entre Columbo et le coupable.

Une série de Richard Levinson et William Link 

Le crime était presque parfait

Sorti en 1954, le film Le crime était presque parfait de Hitchcock (petite pépite à redécouvrir) est en quelque sorte un bon préambule à la série Columbo. Un homme riche (incarné par Ray Miland, deux fois dans la série Columbo) tente de tuer son épouse qui le trompe en suivant un plan qui pourrait s’avérer parfait. Si ce n’est que ladite épouse tue l’homme engagé pour la tuer, obligeant le mari à changer son plan, et donc prendre des risques. Une clé, une toute petite clé causera sa perte grâce à la persévérance d’un policier de Scotland Yard. On retrouve là tout ce qui fera le sel de Columbo 14 ans plus tard (le film n’est pas un prequel à la série, petite précision importante).

Avant d’être la série que l’on connaît, Columbo fut un personnage de The Chevy Mystery Show diffusé en 1960 sur NBC (et incarné par le comédien Bert Freed), puis une pièce de théâtre Prescription : Murder où Columbo est joué par Thomas Mitchell.
En 1968, dans le cadre du NBC Mystery Show, Peter Falk endosse l’imperméable qu’il ne quittera plus et devient Columbo dans deux salves d’épisodes : de 1968 à 1978, puis de 1989 à 2003.
Columbo ne ressemble en rien aux autres séries diffusées à la télévision américaine : pas de générique, des épisodes de plus d’une heure, rapprochant la série d’une collection d’unitaires.


A lire aussi : Columbo : Un chapitre signé Spielberg


Les raisons du succès

Il y a plusieurs raisons qui expliquent le succès qui ne se dément pas de Columbo.

1/ Peter Falk. Il convient de commencer par celui qui a donner vie à ce personnage au point qu’ils sont devenus indissociables l’un de l’autre. Son physique, ses mimiques, son grand talent, associé chez nous à l’immense talent de Serge Sauvion, sa voix française, autant d’éléments qui donnent à la série un cachet reconnaissable entre 1000. « Ma femme me dit toujours » ou encore « Ah encore une petite question » sont autant de traits de caractère propres au personnage que Falk a pris soin d’incarner durant toute la série.

2/ Des scenarii intelligents. Si tous les épisodes de Columbo ne sont pas réussis, il y a de vraies pépites dans chacune des deux périodes de la série. Les histoires sont musclées et chaque détail est souvent pesé pour que la quête de coupable de Columbo soit réellement difficile. C’est toujours sur un tout petit détail que le coupable se trahit, détail révélé à la dernière minute de l’épisode.

3/ Des guests savoureux. De très grands noms de la télévision et du cinéma sont venus se mesurer à Columbo, donnant lieu à des duels d’une grande intensité. Citons entre autres : Ray Miland donc, Robert Conrad (Les mystères de l’ouest), Louis Jourdan, Donald Pleasance, Faye Dunaway, Johnny Cash, Jamie Lee Curtis, Martin Landau, Patrick McGoohan, Leslie Nielsen, Leonard Nimoy, …

Cinquante ans après son premier épisode, Columbo continue d’être une grosse pointure lors de ses diffusions. La série a même fait des émules dans notre fiction. Outre Crimes Parfaits (France 3) qui s’en inspire fortement, on pense évidemment à Capitaine Marleau qui en reprend quelques éléments importants, comme la policière dont personne ne se méfie, et qui se retrouve face à de prestigieux guests dans chaque épisode. Mais il n’y a qu’un seul lieutenant Columbo. Pardon un seul Lieutenant Franck Columbo.