À la uneActualitéEconomieFrance

Chômage : pari perdu pour F. Hollande

Le nombre de demandeurs d’emplois a progressé de 10.200 en décembre avec une hausse de 5.7% sur l’ensemble de l’année 2013.

 

Les chiffres étaient très attendus et le verdict est sans appel. A l’évidence, avec une hausse de 10 200 du nombre de demandeurs d’emploi en décembre dernier, en catégorie A (+0,3% sur un mois), le président de la République a échoué son pari, qu’il avait lancé il y a plus d’un an. Et les autres chiffres sont loin d’être rassurants. Au total, le nombre de demandeurs d’emploi à augmenter de 5,7% sur l’ensemble de l’année 2013, pour atteindre 3 303 200 personnes en France métropolitaine. Le constat est encore plus accablant si l’on inclue les chiffres des catégories B et C – chômeurs ayant exercés une activité de courte durée durant le mois. Avec les trois catégories, le chômage progresse, en effet, de 6 % et atteint 4 898 100 inscrits pour la métropole. C’est donc un triste bilan, puisque les chiffes sont plus importants que 2010 et 2010, les deux dernières années complètes de Nicolas Sarkozy à la tête de l’État.

 

Baisse chez les jeunes, mais hausse chez les séniors

Seul élément encourageant les chiffres des jeunes avec un recul de 0.4% soit 2300 inscrits de moins et 0.3 en un an. Les 100 000 emplois d’avenir de 2013 ont donc fait leur preuve. En revanche, le chiffre des séniors est beaucoup plus inquiétant. Le nombre de chômeur de cette classe d’âge n’a cessé d’augmenter au cours de l’année 2013.

 

Le gouvernement se veut rassurant

Pour autant, les réactions du gouvernement ne se veulent pas alarmantes. Michel Sapin, ministre de travail, constate par communiqué de presse que : « L’inversion de la courbe du chômage est une réalité manifeste pour les chômeurs de moins de 50 ans, qui représentent 78% des demandeurs d’emploi ». Mais il relève toutefois que : « Ce n’est pas encore le cas pour les personnes de 50 ans et plus, qui subissent plus que les autres une situation de l’emploi encore tendue ». En fin de journée, le chef du gouvernement, Jean Marc Ayrault, a évoqué la nécessité d’aller «plus loin, plus vite, plus fort» contre le chômage.

Depuis la Turquie, le président de la République à lui aussi réagit peu avant l’annonce de ces nouveaux chiffres, en déclarant : “Depuis plusieurs mois, la tendance en matière de chômage est à la stabilisation. Ce que nous devons faire, c’est la diminution, l’inversion”, avouant ainsi à demi-mots son échec. Il faut dire que ce n’est pas une surprise pour le chef de l’État qui avait dores-et-déjà préparé le terrain lors de sa conférence de presse, mi-janvier.

 

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCultureFranceSociété

Les Cœurs Doubles (2/4) : Ce pays loin des yeux, mais près des cœurs

À la uneActualitéArtCultureInternationalMusique

LP : Même dans l’intimité, on m’appelle LP!

À la uneSport

[INTERVIEW] Jeff Hardy, le guerrier aux cheveux arc-en-ciel bientôt Willow the Wisp chez WWE ?

À la uneFootInternationalSport

Les LGBT seront en sécurité à la Coupe du Monde mais le Qatar fixe certaines limites

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux