À la uneActualitéFranceMédias

Christine Bravo : “J’ai subi trois tentatives de viol, dont une à TF1”

Lors d’une interview donnée au magazine Télé Loisirs, l’animatrice phare de “Frou-Frou” a confié avoir été victime de plusieurs tentatives de viols. Publié le 1 février, l’entretien révèle plusieurs informations sur son agression à TF1 et les raisons de son silence.

“J’ai hurlé, ça m’a sauvée”

Figure incontournable de la télévision dans les années 90 et 2000, Christine Bravo a une longue carrière derrière elle. Le 16 février prochain, la chaîne C8 diffusera “La télé de Bravo”, un documentaire rendant hommage à l’animatrice. À cette occasion, cette dernière s’est prêtée au jeu de l’introspection avec le magazine Télé Loisirs en y évoquant notamment les tentatives de viol qu’elle aurait subi : “Personnellement, j’ai subi trois tentatives de viol, dont une à TF1, il y a vingt-cinq ans. Un homme, dont je ne donnerai jamais le nom, m’a enfermée dans son bureau et arraché mon soutien-gorge. J’ai hurlé, ça m’a sauvée”

“Ce genre d’incident était monnaie courante”

#Metoo, #Balancetonporc ou le mouvement “Time’s Up” : aujourd’hui, la parole des femmes se libère et les victimes d’agression et/ou harcèlement sexuel reçoivent du soutien dans les médias et sur les réseaux sociaux. Néanmoins, il y a vingt ans de ça, la situation était bien différente pour Christine Bravo : “les gens avaient la tête baissée quand j’ai pu sortir. Il n’y avait aucune solidarité envers les femmes à l’époque. Ce genre d’incident était monnaie courante.”

À lire aussi : On a vu pour vous… Harcelée le téléfilm choc sur le harcèlement sexuel au travail

“Je n’ai pas été une vraie victime”

L’animatrice affirme que dénoncer aujourd’hui son agresseur serait compliqué, et en explique les raisons : “Pourquoi je ne dénonce pas cette personne aujourd’hui ? Difficile.”, constate-t-elle avant de reprendre : “Si le harceleur est décédé, ses enfants n’ont pas à le savoir. S’il est toujours vivant, il y a prescription et, en plus, on risque de se faire attaquer en diffamation.” Ayant réussi à se défendre, Christine Bravo ne se considère pas comme une vraie victime :”J‘estime que le coup de genou que je lui ai asséné ce jour-là dans les parties génitales m’a remboursée. Je n’ai pas été une vraie victime.

Flot de haine sur twitter

Suite à ces révélations, les réactions sur twitter n’ont pas tardé à pleuvoir. Plusieurs d’entre elles, néanmoins, ne sont pas en faveur de l’animatrice :

Related posts
À la uneCultureSociété

La moitié des Français n'ont pas mis un pied dans un lieu culturel depuis fin juillet

À la uneFoot

Mort du footballeur Emiliano Sala : l'opérateur du vol reconnu coupable de négligence

À la uneActualitéInternational

Brexit : La lutte entre Paris et Londres autour de la pêche

À la uneFranceMédias

La Star Ac a 20 ans : 10 candidats emblématiques de l’émission

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux