ActualitéCinémaCulture

CINEMA : «Nos Pires Voisins» Nostalgique du cool

Quand Seth Rogen (This is the End) débauche Zac Efron (High School Musical) pour une comédie déjantée et estivale à la Judd Apatow, la recette fait mouche ! Gags no-limit et sexe anti-glam le phénomène US de l’été débarque.

Mac et Kelly Radner, jeune couple avec enfant, s’installent dans un petit pavillon au milieu d’une zone résidentielle. À peine habitués à leur nouvelle vie, ils font la connaissance de leurs voisins : une fratrie d’université, Delta Psi Beta, connue pour son penchant pour les fêtes bruyantes…

Dans un état second, Mac et Teddy (Zac Efron) débattent sur qui est le vrai Batman. Pour Teddy, c’est Christian Bale, sa voix grave, sa musculature imposante, son regard de fer. Mac penche plutôt pour Michael Keaton, ses sourcils froncés, son allure élancée, son phrasé nonchalant. De cette discussion d’after découle l’ensemble du film : une opposition sans merci entre les étudiants branchés et le couple de trentenaires.

Le noeud de la trame peut ainsi paraître simple : il s’agirait d’un savant mélange entre American Pie et En cloque mode d’emploi. À la manière des comédies indé, le but est d’enchaîner le maximum de vannes, sans aucune censure, pour faire rire. Des détails peu ragoûtants de la maternité aux kits de moulage de godes en passant par les buissons taillés en femme à quatre pattes, tout y passe. Et ça fonctionne plutôt bien (mention aux airbags).

Si la bataille est jouissive, elle peine cependant à dépasser le problème de la redite. L’opposition entre cool et ringard s’essouffle quand l’enjeu reste le même, à savoir quitter sa maison ou virer ses voisins. L’ensemble reste vain, comme un de ces épisodes de Tex-Avery où l’intérêt n’est pas de savoir la fin, mais de retrouver le même début au prochain épisode.

TowniesSeth Rogen, le poulain du clan Apatow, est ici à la tête du petit projet qui lui rapporte beaucoup (budgété à 18 millions de $, le film en a engrangé 256 pour l’instant). Avec son physique imposant et flasque, il se retrouve de nouveau au-milieu d’un casting à la plastique de rêve : Zac Efron, Rose Byrne, et même Dave Franco, le frère de James… Pour mieux se moquer de lui ?

Pas tant que ça. Rogen pratique ici plutôt l’auto-critique. C’est en fait le mal-être de l’adolescent attardé qui se cache derrière des couches d’humour douteux. Et si Lisa Kudrow y fait une apparition sous les traits d’une présidente d’université, ce n’est pas pour rien : qui mieux que Phoebe Buffay (Friends) pour incarner à la fois l’enfant et l’adulte, l’insouciance et la responsabilité ? Ici, tout le monde est sujet à moquerie, tout le monde est traqué, observé lors du moindre méfait peu glorieux.

L’entreprise est parfois maladroite, parfois franchement lourde, mais ces voisins-là sont tellement plus drôles quand ils sont tous ensemble qu’ils nous feraient presque oublier notre exigence. Un film parfait pour les vacances, dont l’épilogue laisse réfléchir un temps avant de retourner à la plage.

[youtube id=”hn3UycOE-Rg”]

Crédits photo : Universal Pictures

About author

Informer, décrypter, divertir
    Related posts
    À la uneCinémaCulture

    "Comment je suis devenu super-héros" délaisse les salles de cinéma au profit de Netflix

    À la uneActualitéFranceSanté

    Ouverture d’une enquête après une fête au CHU de Toulouse

    À la uneBrèvesCinéma

    Marvel : la bande d’annonce de Shang-Chi et la légende des Dix Anneaux dévoilée

    À la uneCultureInternational

    5 éléments pour comprendre … le démon Valak (Conjuring 2, La Nonne)

    Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux