À la uneActualitéFrance

Colette Bourlier a soutenu sa thèse à…91 ans !

A 91 ans, Colette Bourlier a soutenu sa thèse.

A 91 ans, Colette Bourlier a soutenu mardi  sa thèse sur « Les travailleurs immigrés à Besançon, dans la seconde moitié du 20e siècle », 30 ans après les débuts de ses travaux en 1983.

Comme quoi, il n’y a pas d’âge pour faire des études et soutenir une thèse ! A 91 ans, Colette Bourlier est devenue docteur en géographie avec une mention « très honorable ». Durant deux heures mardi, la nonagénaire a soutenu sa thèse sur « Les travailleurs immigrés à Besançon, dans la seconde moitié du 20e siècle » dans le grand salon de la faculté des lettres et sciences humaines de Besançon.

Il aura fallu plus de 30 ans et une succession de trois directeurs de thèse pour accoucher de ce travail de 400 pages, avec des tableaux réalisés à la main. La thésarde a expliqué qu’elle ne comprenait rien à Excel, et encore moins à internet. Après avoir reçu les félicitations du jury, elle a confié : « je suis dure d’oreille et je n’ai pas entendu tout ce qu’il disait ».

« Un travail transdisciplinaire »

Née le 3 avril 1925, Colette Bourlieu devient institutrice dans les années 1940, puis professeure d’histoire-géographie lors de la décennie suivante. En 1983, cette fraîche retraitée commence ses travaux sur les travailleurs immigrés à Besançon. Colette a côtoyé cette population dans les années 1960 et a participé à son accueil et à son alphabétisation, notamment celle des femmes.

En 1985, elle intègre un cursus universitaire grâce au diplôme de recherche appliqué, le DRA. Ce diplôme, aujourd’hui disparu, permettait aux personnes étrangères à l’université de s’atteler à une thèse, sans durée maximale. Voilà pourquoi Colette Bourlier a pu mettre tout ce temps dans cet ouvrage.

A la fin de la thèse, un des membres du jury a dit : « La thèse de Colette Bourlier sera incontournable sur le sujet de l’immigration à Besançon. Déjà, on pense à une publication scientifique. Ce travail, c’est de la géographie, mais aussi de l’économie, de la sociologie, de l’histoire, des sciences politiques. C’est très transdisciplinaire ». La vieille dame a reçu ces compliments avec beaucoup de modestie en ajoutant : « j’ai fait du mieux que j’ai pu, je crois que le jury était satisfait ». 

*Image en une : liberation.fr

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéInternational

C'était en 1962 ... le monde au bord d’une guerre nucléaire

À la uneSéries Tv

The Midnight Club : la nouvelle série de Netflix déjà dans le Guinness Book ?

À la uneSéries Tv

AHS : NYC dévoile son premier teaser

ActualitéMédias

5 dates clés dans la carrière de Philippe Bouvard

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux