ActualitéHistoire

Comment déchiffrer les hiéroglyphes ?

C’est l’une des écritures anciennes les plus belles et les plus fascinantes. Les hiéroglyphes passionnent mais demeurent énigmatiques pour qui ne sait pas les déchiffrer.

Les hiéroglyphes, ces mystérieux symboles gravés dans les murs des temples et des tombes de l’Égypte ancienne, ont longtemps fasciné les archéologues, les linguistes et les passionnés d’histoire. Déchiffrer ces inscriptions complexes a été l’un des défis les plus captivants de l’égyptologie, et la clé pour comprendre la civilisation égyptienne antique. Comment alors s’y prendre pour déchiffrer ces mystérieux hiéroglyphes qui ont longtemps gardé leurs secrets ?

YouTube video

Une écriture complexe

L’un des premiers obstacles dans le déchiffrement des hiéroglyphes résidait dans le fait que les anciens Égyptiens utilisaient une écriture mixte combinant des signes logographiques, alphabétiques et syllabiques. Les hiéroglyphes pouvaient être lus de gauche à droite, de droite à gauche, ou même de haut en bas, ajoutant ainsi à la complexité du déchiffrement. L’une des premières avancées significatives dans la compréhension des hiéroglyphes est survenue au début du XIXe siècle, lorsque les chercheurs ont commencé à déchiffrer la pierre de Rosette.

La pierre de Rosette, découverte en 1799 par l’armée française en Égypte, était une stèle en granit noir portant un décret royal datant de 196 av. J.-C. Elle présentait un même texte rédigé en trois écritures différentes : les hiéroglyphes, le démotique (une écriture cursive) et le grec ancien. Cette découverte a été cruciale car elle a fourni une sorte de clé de voûte pour le déchiffrement des hiéroglyphes. Thomas Young, un savant britannique, a réalisé des progrès significatifs en identifiant certains des signes alphabétiques et en associant certains symboles aux noms propres des pharaons, mais le véritable déchiffrement a été réalisé par Jean-François Champollion.

L’apport décisif de Champollion

Champollion, un égyptologue français, a consacré une grande partie de sa vie à l’étude des hiéroglyphes. En 1822, après de nombreuses années d’efforts acharnés, il a réussi à déchiffrer le texte hiéroglyphique de la pierre de Rosette. Champollion a compris que les hiéroglyphes ne devaient pas seulement être interprétés comme des symboles purement picturaux, mais qu’ils pouvaient également représenter des sons et des mots. Il a identifié des groupes de signes qui formaient des mots, et a commencé à déchiffrer la langue égyptienne ancienne en utilisant le copte, une langue égyptienne tardive, comme point de départ.

Le système de déchiffrement mis au point par Champollion a ouvert la voie à une meilleure compréhension de la culture et de l’histoire de l’Égypte ancienne. Cependant, déchiffrer les hiéroglyphes reste un travail complexe et exigeant. Il existe environ 700 signes hiéroglyphiques distincts, chacun ayant une signification spécifique. Certains signes représentent des objets concrets, tandis que d’autres sont plus abstraits, représentant des idées ou des concepts. De plus, les hiéroglyphes pouvaient être utilisés de différentes manières : certains étaient des logogrammes, représentant des mots entiers, tandis que d’autres étaient des phonogrammes, représentant des sons.

A lire aussi : Qui était Champollion, l’homme qui a percé les secrets des hiéroglyphes ? | VL Média (vl-media.fr)

La compréhension des hiéroglyphes nécessite donc une connaissance approfondie du contexte culturel et historique de l’Égypte ancienne, ainsi qu’une maîtrise de la grammaire et du vocabulaire de la langue égyptienne. Les égyptologues modernes utilisent souvent des dictionnaires spécialisés et des corpus de textes pour faciliter le processus de déchiffrement. De plus, les avancées technologiques, telles que l’imagerie par rayons X et la modélisation 3D, ont permis aux chercheurs d’étudier les inscriptions hiéroglyphiques de manière plus détaillée, révélant parfois des détails qui ne sont pas visibles à l’œil nu.

En conclusion, déchiffrer les hiéroglyphes a été l’un des défis intellectuels les plus stimulants de l’histoire de l’égyptologie. Grâce à la pierre de Rosette et aux travaux acharnés de chercheurs tels que Champollion, nous avons réussi à percer le code des hiéroglyphes et à ouvrir une fenêtre fascinante sur la vie et la culture de l’Égypte ancienne. Cependant, le processus de déchiffrement reste complexe et exigeant, nécessitant une combinaison de compétences linguistiques, de connaissances culturelles et de technologies modernes. Les hiéroglyphes continuent de susciter l’admiration et l’émerveillement, et leur déchiffrement continue d’enrichir notre compréhension d’une civilisation vieille de plusieurs millénaires.

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
ActualitéCinémaMusique

5 artistes partis trop tôt

ActualitéSéries Tv

Fiction française 2023 - 2024 (ép. 1) : quelle est la réussite de la saison ?

ActualitéSéries Tv

10 choses à savoir sur Les Totally Spies

ActualitéMédiasMusique

5 dates clés dans la carrière de Kendji Girac

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux