À la uneActualitéFranceSport

Comment le Covid nous a ramené Benzema …

La pandémie a meurtri. Le milieu du sport n’a pas été épargné et les championnats d’Europe 2020 ont été reportés. Dans tout ça, rare sont les joueurs qui ont connu sur l’année civile 2020/2021, une saison complète. Les blessures, les changements de clubs ou encore le risque de contamination ont perturbé la préparation d’un euro 2020 en 2021 particuliers. Néanmoins, une éclaircie, le Covid nous a ramené Benzema.

« Karim Benzema », deux mots qu’on penserait anodin de la bouche d’un sélectionneur vis-à-vis d’un capitaine du Real Madrid, au palmarès étoffé et au talent démesuré. Ce 18 mai 2021, ces deux mots ont créé sensation et émulation. Surprenant, les « 60 millions de sélectionneurs » devant leurs postes de télévisions.

Le retour de Benzema le Grand

A 20h00, le nom du buteur madrilène, le Nueve a surgi de nulle part, nous coiffant à son habitude dans les moments décisifs. Pour beaucoup, Benzema en équipe de France, c’est 1 222 minutes sans marquer en 2013, et des faits de jeu s’embrasant sur les plateaux de la télévision française. Benzema, c’est aussi 81 sélections, 27 buts, 2 Coupe du Monde et 2 Euro. Mais surtout, une génération portée en barrage contre l’Ukraine et emmenée à la Coupe du Monde 2014.

Alors ce soir, en s’endormant, petits et grands enfants, on rêvera tous du trio promis Griezmann, Benzema et Mbappé. Le nouveau hit de l’été. Le retour d’un ancien capitaine, absent depuis 2015 et meilleur joueur du plus grand club du monde de ces dernières années, donnerait à jalouser aux plus grands scénaristes hollywoodiens. Si, un nouveau chapitre de l’équipe de France sous l’ère Deschamps va s’écrire ce soir, il est tout aussi intéressant de s’intéresser aux raisons qui ont conduit à ce choix.

Deschamps, s’est appliqué depuis sa nomination en 2012 à résorber l’équipe de France. Premièrement en pansant les plaies béantes des débâcles successives sous Domenech en Autriche en 2008 et en Afrique du Sud en 2010. Enfin dans un second temps, en solutionnant l’individualisme poussé à son paroxysme sous Blanc en 2012 en Suède.

Ainsi sous ses mandats, l’ossature et le système des bleus, n’a pas fondamentalement changé depuis 2014 et la Coupe du Monde au Brésil.

Lloris, Varane, Pogba, Griezmann et Olivier Giroud sont devenus les artisans et cadre de sa conception théorique du groupe qui en est pour beaucoup dans le triomphe en 2018. Ainsi, sur les listes ayant précédé les 3 grandes compétitions internationales, aucune n’a accueilli de néophyte. Souvent taxée de conservatisme se rapportant à de la frilosité, qu’il baptise ; continuité, pourquoi, Deschamps a-t-il changé les règles et fait passer des bas-fonds de sélectionnable « blacklisté » à sélectionné, la superstar française Karim Benzema.

Benzema : L’externalité positive du report de l’euro ?

Premièrement, les dernières listes de l’année 2019 et les premières de 2020 le prouvent, Benzema n’aurait vraisemblablement pas été convié à la fête si l’Euro, c’était disputé en juin 2020 comme initialement prévu. Était-il d’ailleurs autant désiré ?

Si récemment ces performances démentielles en club contraste avec l’exaspération montante de celles du capitaine d’attaque Olivier Giroud, le consensus populaire auquel nous faisons face ces dernières semaines, n’était pas le même en juin 2020. Giroud bénéficiait alors d’un fort crédit pour son rôle en équipe de France tandis qu’en club, il incarnait par ses statistiques le triomphe de Chelsea en Europa League. La pandémie forçant au report d’un an de la compétition, elle força la composition d’une nouvelle liste un an plus tard. Au bout d’une saison supplémentaire, le constat est frappant. En 2021, Giroud ne conquit plus et s’essouffle tandis que Benzema porte le Real de Madrid.

Néanmoins, ces arguments sont ceux de la pression populaire face à laquelle Deschamps n’a jamais succombé, et cela, pour aucun joueur.

Pas dans les 23 mais dans les 26

Les raisons de ce retour sont à trouver autre part. L’élargissement de liste, constitue une première piste. Le 4 mai, les différentes fédérations ont pris connaissance de ce nouveau point de règlement. La situation sanitaire l’oblige, les sélections seront autorisées à être composées de 26 joueurs pour l’Euro 2020.

Lors des dernières listes, Deschamps a eu du mal à conserver au-delà de son noyau dur une ligne d’horizon fixe notamment sur les postes offensifs. La faute à de nombreuses contaminations chez ses joueurs ou à des blessures imputables à la mauvaise préparation physique due à des fins et débuts de saison précipitée.

De plus, en dehors du phénomène français qui culmine à 40 buts sur l’ensemble de la saison, l’artillerie française a eu du mal à se manifester cette année. Les blessures d’Anthony Martial, de Kingsley Coman ou encore Lacazette n’ont pas aidé le sélectionneur. Pas récompensé et satisfait non plus, de ses tentatives auprès d’Ikoné, Thuram ou encore Alassane Pléa.

Ainsi, si Benzema ne se trouvait pas dans les 23 de 2021, son absence dans les 26 devenait difficilement justifiable pour Didier Deschamps.

Benzema en bleu, les heures étaient comptées

Aujourd’hui, bien qu’en plein dans un second souffle, Benzema a 33 ans. Il n’est pas éternel. Deschamps a d’ailleurs été reconduit en décembre 2019 jusqu’ en 2022, soit jusqu’à la prochaine Coupe du Monde. L’Euro disputé dans des conditions classiques en 2020, aurait forcément conduit peu importe son résultat à un rajeunissement de l’effectif. Benzema serait alors sorti de toute discussion dans l’esprit de Deschamps. L’ombre Zidane rodant de près sur le poste de sélectionneur n’aurait pas alors signifié automatiquement un retour du français au sein de la sélection.

Related posts
À la uneCinéma

Un espion ordinaire, Tokyo Shaking..Les 5 sortes cinéma à ne pas manquer cette semaine

À la uneFaits DiversFrance

Un enfant de deux ans agressé par une toxicomane à Paris

À la uneSéries Tv

Only murders in the building : Steve Martin, Martin Short et Selena Gomez dévoilent la série de Star

À la unePolitique

Le gouvernement lance une campagne de communication pour lutter contre l’abstention

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux