À la uneEnvironnementFrance

Comment Marseille peut encore protéger ses calanques ?

calanques

Les calanques de Marseille, véritables trésors naturels de la Provence, sont confrontées à une série de défis écologiques majeurs. Entre la préservation de leur biodiversité et la gestion de la sur fréquentation touristique, le Parc national des Calanques déploie des initiatives pour protéger cet écosystème unique. 

Les calanques sont tant appréciées par les Marseillais… Joyaux du tourisme en Provence, elles constituent une destination incontournable. Ce massif de 8 500 hectares s’étend entre Marseille et Cassis, alliant plages de galets, criques secrètes et eaux turquoise. Les sentiers de randonnée traversent cette nature préservée et permettent de découvrir une faune variée offrant des panoramas à couper le souffle. 

A lire aussi : Tourisme de masse : 5 lieux qui ont pris des mesures (vl-media.fr)

Sur fréquentation

Mais entre tourisme, sur-fréquentation, pollution ou risques d’incendies, protéger cet écrin de nature si proche de la ville est un véritable défi pour Marseille. « Le souci principal pour préserver ce milieu naturel, c’est la sur fréquentation. Les pas des visiteurs, trop nombreux, facilitent l’érosion et abîment la faune locale », constate Zacharie Bruyas, responsable communication du Parc national des Calanques. 

Depuis 2022, des mesures de régulation des flux de visiteurs ont freiné la sur-fréquentation en limitant l’accès au Parc, notamment aux calanques de Sugiton et des Pierres Tombées, à 400 personnes par jour, contre 3 000 auparavant. Cette limite s’accompagne d’une obligation de réservation, gratuite mais obligatoire, de la mi-juin au début septembre. 

Sentiers balisés

Des travaux de rénovation et des restrictions sur les sentiers ont été instaurés pour prévenir l’érosion, phénomène caractérisé par le déplacement et la dégradation du sol ou des roches sous l’effet du piétinement. La circulation en dehors des pistes et des sentiers balisés est interdite, pouvant détruire l’habitat d’espèces endémiques. 

L’accès des véhicules motorisés à proximité du parc, déjà soumis à des restrictions depuis plusieurs années, est davantage restreint voir interdit dans certaines zones comme les calanques de Morgiou, Sormiou et Callelongue. 

Agents de surveillance et police de l’environnement

Contrer les comportements inappropriés reste un défi, dans un si grand espace naturel où il est facile d’être à l’abri des regards. Des agents sont déployés à plusieurs entrées du parc pour sensibiliser le public. Leurs missions consistent à fournir du matériel d’information et à engager des discussions avec les visiteurs sur les mesures de préservation de la faune et la flore. 

La présence de la police de l’environnement sur le terrain garantit une surveillance attentive afin de prévenir, détecter et punir les comportements abusifs qui pourraient endommager l’environnement, perturber les utilisateurs du territoire ou compromettre l’intégrité du Parc national. Avec son pouvoir judiciaire, cette force est autorisée à intervenir contre de telles infractions et à exiger des réparations. 

Limitations maritimes 

Sur le front maritime, les responsables du Parc ont instauré une limitation du nombre de locations de bateaux pendant la saison estivale. Ils mettent en place des mouillages légers afin de prévenir l’ancrage, une pratique qui endommage les posidonies, herbiers cruciaux pour la biodiversité sous-marine et le maintien des plages. 

Bien que la pêche demeure une activité autorisée sur environ 90% du cœur marin du Parc national des Calanques, 10% du territoire marin est réservé aux zones de non-prélèvement (ZNP). Ces ZNP couvrent une superficie de 4 634 hectares, soit environ 10,6 des 43 500 hectares du cœur marin du Parc.  

A lire aussi : 5 conseils primordiaux pour éviter le tourisme de masse en 2024 (vl-media.fr)

Sensibiliser la jeunesse

Les jeunes, audience cruciale sont ciblés par d’autres initiatives. Grâce au réseau d’associations Educalangues, des sorties nature, des activités ludiques et diverses approches pédagogiques sont organisées par les partenaires du Parc dans la région de la Métropole d’Aix-Marseille-Provence. Ces initiatives visent à sensibiliser les enfants à la préservation de l’environnement et à l’importance du site exceptionnel qui les entoure. 

Les écoles primaires, collèges et lycées locaux organisent également des sorties dans les calanques, ainsi que des cours d’EPS comme la randonnée ou la course d’orientation. Une opportunité de sensibiliser les jeunes en pratiquant des activités physiques dans un environnement naturel préservé sans avoir à s’éloigner des établissements scolaires. 

ARTICLE DE
ALICIA BRENGUIER
EN PARTENARIAT AVEC IEJ MARSEILLE

About author

Journaliste
Related posts
À la unePolitique

“Gratuité intégrale à l’école” : que signifie cette mesure du Nouveau Front populaire ? 

À la uneSéries Tv

5 scènes chocs ou violentes qui ont marqué les séries

À la uneSéries Tv

5 séries françaises attendues la saison prochaine

À la uneFrancePolitique

Qui est Raphaël Arnault, candidat aux législatives et fiché S ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux