À la uneFranceSociété

Comment s’organisent les émeutiers ?

Contrairement aux émeutes de 2005, les réseaux sociaux permettent aujourd’hui aux émeutiers de s’organiser plus rapidement et plus efficacement

Depuis la mort du jeune Nahel tué par un policier après un refus d’obtempérer le 27 juin dernier, les émeutes font rage partout en France, notamment à Paris où les rassemblements se font et se défont de plus en plus facilement. Toute une partie des manifestants communiquent via des groupe watshapp ou Messenger, des canaux de communication dit « classiques ». Cependant la fonction de géolocalisation de certains réseaux sociaux, notamment la Map Snapchat est de plus en plus utilisée pour aider les émeutiers à se rassembler. Cette Map Snapchat permet de voir des « stories » et les endroits où beaucoup de gens se situent.

« On a parfois des traquenards, des barricades qui sont parfaitement construites, des points de fixation avec beaucoup d’armes par destination »

David Le Bars. secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale. BFMTV.

De la même manière, on voit gangrener depuis plusieurs jours des mot-clefs sur la plateforme Tik Tok, qui sont mis en avant en fonction des likes, hier le mot-clef qui prédominait dans la barre de recherche était « Chatelet 23h ». Des vidéos humoristiques sont donc publiées sur Tik Tok n’hésitant pas à utiliser l’humour pour inciter au vandalisme, à faire des regroupements et construire des barricades, faisant dangereusement penser au jeu vidéo GTA.

Le streamer Vincent dinternet. Twitter.

Cette nouvelle utilisation des réseaux sociaux est une tare pour les services de police qui peinent à diviser et contrer ces manifestations violentes, qui sont souvent nocturnes. De plus on voit sur ces plateformes le partage de musiques en résonance avec l’engouement de la protestation. On notait hier le morceau Prêt à partir de SCH et Ninho, en référence aux émeutes de 2005, qui était parmi les plus populaires auprès des émeutiers. La donne a changé, désormais les manifestants sont devenus beaucoup plus structurés, organisés : “En 2005, nous n’avions pas les réseaux sociaux” remarquait Mohamed Mechmache, fondateur du collectif ACLEFEU, ce 30 juin sur RMC.

Enfin le plus inquiétant est cette capacité de rassembler si vite sous la forme d’un divertissement, d’un jeu, accompagné de musique et de stories les terribles émeutes qui gangrènent la France. On a remarqué que ces militants avaient également de nombreuses armes, comme des cocktails Molotov et des mortiers d’artifices, destinés à l’origine au 13 juillet, la nuit de la fête nationale. Dans la nuit de jeudi à vendredi, 667 interpellations ont eu lieu en France, ce qui dénote une violence encore plus grande qu’au moment des émeutes de 2005, à l’époque provoquées par la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré.

A lire aussi : Saison 2023 – 2024 (TF1) : quelles sont nos 5 séries françaises les plus attendues ?
About author

Journaliste
Related posts
À la uneFranceSport

JO 2024 : comment fonctionne le système “anti-drones” ?

À la uneSéries Tv

Mallaury Nataf : "J'ai passé 6 ans dans la rue" (Le miel et les abeilles)

À la uneMédias

Laëtitia Milot va animer le "Meilleur Pâtissier" sur M6

À la uneSéries Tv

B.R.I : le tournage de la saison 2 officiellement lancé

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux