À la uneActualitéFranceSanté

Covid-19 : quelles sont les stratégies du gouvernement français sur les vaccins ?

Le Premier Ministre Jean Castex a tenu une conférence de presse ce jeudi 3 décembre afin d’évoquer les stratégies mises en place par le gouvernement français sur les vaccins contre le Covid-19.

La découverte de vaccins qui semblent être assez efficaces pour lutter contre le Covid-19 est devenue le sujet principal dans les discussions des Français. Dans le monde entier, cette découverte est une victoire quant à la lutte contre le virus. C’est notamment le cas des présidents des États-Unis sortant et entrant — Donald Trump et Joe Biden — qui ont tous deux exprimés leur joie face à cet espoir. Pour le Royaume-Uni, il s’agit également d’une réussite sanitaire. Le gouvernement anglais a d’ailleurs récemment approuvé le vaccin de Pfizer/BioNTech dorénavant disponible à l’utilisation dans le pays anglais. Mais alors que nos voisins affirment une consécration, qu’en est-il des décisions du gouvernement français ?

A lire aussi : Les laboratoires Pfizer et BioNTech annoncent un vaccin efficace à 90%

Le vaccin de Sanofi-GSK vendu à moins de 10 euros

Le laboratoire français Sanofi et son acolyte britannique GSK ont signé un accord définitif avec l’Union Européenne en septembre afin de fournir jusqu’à 300 millions de doses de leur vaccin. Les laboratoires développent en ce moment même deux types de vaccins contre le Covid-19 et le projet est actuellement en phase 2 des essais cliniques. Ce jeudi 3 novembre matin, Thomas Triomphe, le vice-président de la branche vaccins du laboratoire français Sanofi a affirmé que leur vaccin serait vendu à moins de 10 euros. Une distribution qui “coûtera bien moins cher qu’un paquet de cigarettes” comme l’a précisé le vice-président.

Face au vaccin de Sanofi-GSK, le concurrent britannique AstraZeneca en collaboration avec l’université d’Oxford a déjà annoncé qu’il livrera son vaccin au prix de 2,50 euros la dose. A côté, les célèbres américain et allemand Pfizer et BioNTech ont évoqué un prix de 40 dollars par traitement.

Identifier et suivre les personnes vaccinées : un certificat électronique de vaccination

Une idée bien curieuse venant de l’OMS Europe. La branche européenne de l’organisation a annoncé son souhait ce jeudi de mettre en place un certificat électronique de vaccination afin d’identifier et suivre les personnes vaccinées. Contrairement à ce que tout le monde pourrait penser, il ne s’agit pas d’un passport d’immunité. Le but n’est pas de rassurer qu’une personne ait bien reçu un traitement de vaccination mais d’évaluer les effets du vaccin sur le long terme. Des effets secondaires ou indésirables restent encore un mystère aujourd’hui.

Un expert de l’OMS Europe, Siddhartha Datta a affirmé qu’“un tel certificat n’est pas finalisé et devra être élaboré dans le respect des législations nationales”.

Quand commencer la campagne de vaccination en France ?

Lors de sa conférence de presse, Jean Castex a déclaré que l’arrivée d’un vaccin est une étape très importante dans notre combat collectif contre l’épidémie, une arme supplémentaire”. Le Premier Ministre a ensuite précisé que le gouvernement français souhaite lancer le début de la campagne de vaccination “environ un an après l’arrivée du virus”.

“Dans les tous prochains jours et avant le 29 décembre, l’agence européenne du médicament se prononcera sur l’arrivée sur le marché des vaccins Pfizer et Moderna”, a-t-il ajouté. Ce sera ensuite au tour de la haute autorité de santé de se prononcer en affirmant que “ces étapes constituent des garanties indispensables pour commencer à nous faire vacciner en France”.

Jean Castex a souligné le fait que la France s’était déjà préparée à l’arrivée des vaccins afin d’en disposer suffisamment le moment venu. “Une task-force européenne a été mise en place pour acquérir ces vaccins” a-t-il expliqué avant de mettre au clair que “les prix sont les mêmes pour tous les pays. Les vaccins livrés arrivent au même moment pour des quantités au prorata de la population des États, 15% pour la France”. Il semblerait qu’il n’existe en réalité aucune compétition question prix et partage sur les vaccins bien que les laboratoires se disputent tout de même la qualité de leur projet.

A lire aussi : Faut-il se faire vacciner pour prendre l’avion ?

Un vaccin gratuit pour tous ?

C’est bien ce qu’a semblé évoquer Jean Castex. “La vaccination sera gratuite pour tous” a certifié le Premier Ministre avant de renchérir que cela avait coûté 1,5 milliards d’euros dans le budget de la sécurité sociale. Un mal nécéssaire pour que chaque Français ait accès à la vaccination s’il le souhaite. Pour parvenir à tous les besoins nécessaires, la France aura un potentiel de “200 millions de dose soit 100 millions de personnes sachant que le vaccin nécessite deux doses à quelque semaines d’intervalles”.

La stratégie de vaccination en 3 phases

Pour le gouvernement français, il est nécessaire que la France soit organisée dans cette campagne de vaccination. Il s’agit de vacciner peu à peu les Français en partant des plus fragiles.

Pour la première phase, ce seront donc les personnes âgées en Ehpad ainsi que les professionnels en établissements accueillant des personnes âgées et présentant un risque accru de forme grave ou de décès (âgées de 65 ans ou présentant des comorbidités) qui seront les premiers à pouvoir se faire vacciner.. Cela représente environ un million de personnes, “ce qui correspondra à la quantité livrée le premier mois” a informé Jean Castex.

La phase 2 de la vaccination sera ensuite adressée à environ 14 millions de personnes à risque de février 2021 jusqu’au printemps de la même année. Ces personnes dites à risque présentent notamment un “facteur de risque lié à l’âge”. Ce seront d’abord les personnes de plus de 75 ans qui seront vaccinés puis ceux entre 65 et 74 ans. Par la suite, les professionnels de la santé et du médico-social âgés d’au moins 50 ans ou présentant des comorbidités pourront à leur tour se faire vacciner.

Et enfin, la troisième et dernière phase. Celle-ci s’adressera au reste de la population française. A partir du printemps 2021, la phase 3 consistera à ouvrir progressivement la vaccination à l’ensemble de la population.

“Par souci de transparence”, Jean Castex a annoncé que cette stratégie vaccinale sera présentée au Parlement.

Faut-il avoir peur de se faire vacciner ?

Le Premier Ministre a d’ailleurs voulu rassurer les Français quant à leur inquiétude liée aux effets du vaccin : “J’entends les réticences, les craintes exprimées par chacun d’entre vous”. Il a précisé que les vaccins seront validés uniquement “au terme d’une procédure rigoureuse par les autorités sanitaires. Nous ne démarrerons rien sans l’avis préalable de la haute autorité de santé”.

La ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher a ensuite assuré que les candidats vaccins ont été choisis sur trois critères :

  • Les vaccins les plus prometteurs scientifiquement.
  • Les laboratoires les plus avancés dans leurs études “pour couvrir au plus vite nos besoins”.
  • Les laboratoires “prêts à se soumettre à la procédure de mise sur le marché en transparence”. Les candidats vaccins sont d’ailleurs tous soumis à un comité scientifique d’évaluation composé de spécialistes.

Les études de phase 3 semblent également montrées que des personnes vaccinées ayant eu le coronavirus “n’ont pas fait de réaction particulière”. Il y aura notamment “un dispositif de surveillance très complet”.

La situation sanitaire actuelle en France

“La France est le pays d‘Europe où la baisse de la pression épidémique a été la plus forte et la plus rapide” s’est félicité Jean Castex. Selon le Premier Ministre, les cas positifs déclarés chaque jour diminuent. Les hôpitaux sont peu à peu allégés à leur tour quant à leur capacité en réanimation.

Mais cela ne signifie pas que les Français doivent baisser la garde. Jean Castex a dit préconiser une jauge de “six adultes” pour les fêtes de fin d’année. Les gestes barrières et le port du masques doivent continuer à être respectés. Et malheureusement pour les fans de ce sport, les domaines skiables seront fermés pour Noël au grand dam des professionnels du secteurs en colère de cette décision.

En tout, la France compte à ce jour plus de 2,24 millions de cas et 53 816 décès des suites du Covid-19. Les chiffres des derniers 24 heures sont en baisse.

Crédit : BFMTV

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéCulturePop & Geek

Apple refuse le retour du jeu Fortnite sur son store

ActualitéFranceNon classé

Une soirée inédite 100% électro au château de Versailles

À la uneActualitéSport

JO 2022 : La vaccination devient obligatoire pour les athlètes américains

À la uneActualitéÉtudiantFranceSociété

Pourquoi des enseignants font grève ce jeudi 23 septembre ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux