À la uneFrance

Profanation de stèle à Marseille : deux militants d’extrême droite condamnés

Vendredi 9 Janvier, deux militants d’un groupuscule d’extrême droite ont été condamnés à 100 heures de travail d’intérêt général pour avoir profané une stèle construite en la mémoire du poète et militant communiste Missak Manouchian, dans la ville de Marseille. Les deux complices, âgés de 30 et 42 ans, ont affirmés avoir participé à une « action pour le devoir et contre les terroristes rouges ».

Arrêtés le 16 Décembre dernier, deux militants d’extrême droite appartenant au groupuscule « MPNA » (Mouvement populaire nouvelle aurore) ont été condamnés le vendredi 9 janvier à 100 heures de travail d’intérêt général après une comparution devant le tribunal correctionnel.

La véracité des faits avait été appuyée par une vidéo mise en ligne sur le site du MPNA, mettant en scène une dizaine d’hommes cagoulés devant la stèle de l’ancien résistant arménien. Après l’avoir recouverte d’un drap blanc, des cris de militants se faisaient entendre : « Manouchian, grosse merde, on ne veut pas de ça à Marseille ! » ou « Manouchian terroriste communiste, tueur de Français ! »

Une communauté offensée

Olivier Banciotto et David Guichard se sont défendus du fait d’appartenir à ce groupuscule extrémiste. Pourtant, la présence de leurs numéros de téléphones dans l’onglet « Contact » du site internet du MPNA est venu soutenir la thèse opposée.

De plus, les casiers judiciaires bien fournis des deux prévenus ne viennent pas appuyer leur défense. Après plusieurs arrestations pour port d’arme ou incitation à la haine (avec notamment des photos les montrant entrain de faire un salut nazi) ils se sont excusés, justifiant leurs actes par un réel sentiment de solitude et de désespoir.

Mais pour la compagne de David Guichard, d’origine arménienne, une cause rationnelle est difficile à déterminer. Elle a d’ailleurs condamné les actes de son conjoint, qualifiant les positions de son mari comme étant « débile ».

Pour Serge Tavitian, avocat de l’association Jeunesse arménienne de France, la situation est injustifiable : « L’ignorance n’a jamais été une excuse ni une atténuation de responsabilité ».
La peine en cas de non-exécution du TIG a été fixée à 2 mois d’emprisonnement.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéFootSport

Lens-Lille : Un supporter lillois poursuivi pour s'être masturbé dans les tribunes

À la uneSéries Tv

Pas de saison 2 pour Hit & Run sur Netflix

À la uneActualitéCultureLittératureSéries Tv

Comprendre le Cycle de Fondation de Isaac Asimov en 5 minutes

À la uneActualitéFrancePolitique

Le QR Code du pass sanitaire d'Emmanuel Macron fuite sur les réseaux sociaux

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux