À la uneCultureFranceSport

D’où vient le bonnet phrygien, la mascotte des JO de Paris ?

Ce symbole ancien incarne toutes les valeurs de la République et s’inscrit dans la modernité, pourtant ce bonnet phrygien fait tout de même polémique

Origines du bonnet

Ce bonnet phrygien est comme son nom l’indique, un bonnet qui provient de Phrygie, pays antique d’Anatolie qui est dans la Turquie actuelle. Plus tard, ce bonnet fut porté par les esclaves affranchis à l’époque de l’Empire romain. Son origine est donc assez ancienne, on a retrouvé la trace de ce bonnet dans les récits d’Homère et on sait désormais qu’il fut également porté par des peuples indo-européens comme les Thraces et les Scythes. Au XVIIIe siècle en France, il devient un symbole de liberté.

Ce bonnet, symbole d’ouverture et de liberté, venu de pays lointains, incarne donc parfaitement le nouveau slogan des des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. Ce slogan annoncé en Juillet dernier est « Ouvrons grand les Jeux », une invitation au monde à venir vivre des expériences fortes et à s’émouvoir ensemble devant ce spectacle inédit. Il faut ajouter que ce bonnet est un symbole de la Révolution française, allégorie de la République et il est un attribut de la Marianne. Il possède donc toutes les facettes de la République et incarne la France. Sa couleur rouge rappelle une des trois couleurs du drapeau tricolore.

La nouvelle mascotte française

Cette nouvelle mascotte remplit beaucoup de critères pour s’adapter aux besoins contemporains. Cette mascotte est sympathique, non genrée et déclinable pour les JO Paralympique : en lui greffant une prothèse à la place d’une jambe, l’image fonctionne. La grande majorité des mascottes jusqu’ici étaient des animaux, notamment les ours en référence à nos peluches d’enfance.

Cette fois-ci les concepteurs ont voulu se démarquer en prenant un objet symbolique tout en restant fidèle au pays : « On cherchait une mascotte qui incarne l’esprit français, qui porte les couleurs du pays, une part de notre histoire », a expliqué Julie Matikhine, directrice de la marque à Paris 2024. Cette mascotte quoique décriée pour certains aspects, a tout pour plaire, elle a un sourire sincère et sympathique, et arbore une cocarde tricolore à l’extrémité de ses grands yeux bleus. Elle porte en elle l’ambition et la positivité que l’évènement veut incarner.

La polémique

Après certains commentateurs qui ont moqué la mascotte en l’assignant à une poule, une autre récente polémique a eu lieu. Il s’agit de la fabrication de la peluche. Celle-ci va être conçue à 80 % en Chine, ce qui a de quoi énerver Yves Jégo, le fondateur de la certification origine France garantie et homme politique sous l’étiquette UDI « On nous a vendu le bonnet phrygien chinois, » a t-il fustigé. Il a ajouté « Si les Jeux Olympiques sont partis pour ne pas être made in France, on aura raté l’effet d’image, l’effet du retentissement des savoir-faire français. Il faut que le Comité olympique se réveille pour faire que ces Jeux soient made in France et non made in China. »

Cependant 20 % des peluches seront confectionnées par la société française Doudou & Compagnie, situe à La Guerche-de-Bretagne, en Ille-et-Vilaine. Ce n’est pas énorme mais c’est un début. Ce sera la version de meilleure qualité, vendue à 49,90 euros, qui y sera conçue. Quant à celle conçue en Chine, elle sera au prix de 34, 90 euros. Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie, a expliqué que « c’était mieux que rien » et que cela allait permettre de créer des emplois et d’accroître la taille de l’usine française en question.

A lire aussi : Est-ce que ce serait vraiment possible pour la SNCF de transporter le PSG pour ses matchs ?
About author

Journaliste
Related posts
À la uneMode

C'est quoi le Chalet de l'Hôtel Mahfouf qui ouvre le 2 décembre ?

À la uneFaits DiversInternational

Qui était Issei Sagawa "le cannibale japonais" qui vient de mourir à 73 ans ?

À la uneCinémaPop & Geek

Les Gardiens de la Galaxie 3 : Adam Warlock pointe le bout de son nez dans la bande annonce

À la uneSéries Tv

The Midnight Club : pourquoi la série n'aura pas de saison 2 sur Netflix ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux