Le 14 décembre dernier, un train express régional (TER) entrait en collision avec un car scolaire sur un passage à niveau de Millas (Pyrénées-Orientales). Six collégiens résidant à Saint-Féliu-d’Avall sont morts suite à cet accident. Franceinfo révèle aujourd’hui des témoignages exclusifs mettant à mal la version de la conductrice du car pour qui les barrières du passage à niveau étaient fermées.

La conductrice du bus avait été mise en examen le 20 décembre pour « homicide et blessures involontaires ».

Rapport clair

Le rapport de constatations de la cellule de la gendarmerie est clair :  «  plusieurs éléments évocateur d’un passage à niveau fermé ont été relevés » indique-t-il. Des traces de frottement sur le devant du bus à la hauteur des barrières accrédite cette thèse. De plus, le témoignage de plusieurs témoins corrobore cette version des faits. C’est notamment le cas d’une collégienne assise au premier rang du car. Elle a affirmé que les barrières étaient abaissées et qu’aucun des élèves n’avaient attaché sa ceinture de sécurité.

Alors que s’est-il passé ce 14 décembre à 16h07 ? Des experts indépendants, missionnés par les juges d’instruction en charge de l’affaire, doivent encore mener des contre-expertises en février.

À lire aussi : Ce que l’on sait de l’accident du car scolaire à Millas