À la uneActualitéFranceInternationalSantéSociété

Ebola: Une volontaire française de MSF contaminée et rapatriée sous haute protection

Alors que le virus Ebola frappe toujours le continent Africain, une volontaire française de Médecins Sans Frontières (MSF) a été contaminée au Libéria. Le ministère de la Santé a annoncé mercredi soir son rapatriement par avion spécial sur le sol Français ce Jeudi 18 septembre.

D’après l’annonce faite par l’ONG dans un communiqué cette semaine, la volontaire en mission à Monrovia, au Libéria, aurait été contaminée par le virus Ebola. La ressortissante française s’était engagée auprès de MSF comme 200 autres volontaires internationaux actuellement à l’oeuvre sur le terrain parmi plus de 2000 collaborateurs de l’ONG française.

Un rapatriement sous haute protection

La Française sera, selon le Ministère de la Santé dans un communiqué, “rapatriée en France dans les conditions de sécurité maximale, dans un avion médicalisé dédié“. Toutefois on ignore le lieu de l’hospitalisation de la patiente. Selon certaines sources, citées par RTL, la volontaire contaminée devrait être soignée et mise en observation à l’hôpital militaire Bégin de Saint-Mandé, dans le Val-de-Marne. Mais aucun communiqué officiel ne confirme l’information pour l’instant.

afp-910edc2dad7b8fa309a69ad179fe9bc2a93badd6La malade a été placée mardi en isolement “dès l’apparition des premiers symptômes”, d’après les représentants de MSF. Le directeur des opérations, Brice de le Vigne, a indiqué que “MSF applique des protocoles de protection extrêmement stricts. Cependant, ce risque fait partie de ce type d’interventions et nos équipes ne sont pas complètement épargnées”.

Un premier cas en France

La France s’apprête à accueillir sur son sol le premier patient atteint d’Ebola depuis le début de la crise sanitaire.

ebolaDepuis quelques mois maintenant, l’épidémie fait rage sur le continent Africain et principalement au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée. Aujourd’hui, le virus a tué 2461 personnes sur les 4985 cas recensés, selon un dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).Pour les spécialistes, cette épidémie de la maladie Ebola est la plus grave depuis l’identification du virus en Belgique en septembre 1976 par le laboratoire de microbiologie de l’Institut de médecine tropicale d’Anvers.

En août dernier, le journal Le Monde posait la question des conséquences de l’arrivée sur le sol Français d’une personne contaminée par Ebola. Alors que le rapatriement de la volontaire de MSF atteinte par le virus Ebola est annoncée sur le territoire, comment les autorités Françaises vont-elles prendre en charge la malade ?

Une prise en charge minutieusement réglée

Il est important de préciser que dans une telle situation, le malade est déjà pris en charge par les autorités sanitaires sur place, dans le foyer infectieux. La volontaire française a été immédiatement isolée comme l’indique le communiqué de l’ONG pour laquelle elle oeuvrait au Libéria.

667752-handout-of-the-aeromedical-biological-containment-system-after-being-fitted-into-a-gulfstream-iii-aiSon rapatriement se fera par un avion spécial et entièrement médicalisé et sécurisé. Toutes les précautions sont de rigueur à l’intérieur de l’avion, l’information auprès du malade et des passagers est permanente. Plus généralement des dispositifs de contrôle de l’état de santé de tous les passagers en provenance des pays contaminés sont prévus dans les aéroports. Une procédure d’urgence, en cas de découverte d’un nouveau cas en vol, a été mise au point par le Ministère de la santé; elle est immédiatement transmise aux compagnies aériennes.

À l’atterrissage, la volontaire déjà touchée par le virus, continuera d’être placée dans une chambre d’isolement. Puis un dispositif médical de transport spécial prendra le relais pour éviter tout risque de contamination en chaine.

L’hôpital, où sera accueillie et soignée la française, doit faire partie des hôpitaux “de référence” agréés par les institutions sanitaires. La Ministre de la Santé, Marisol Touraine, a indiqué que la France disposait d’” hôpitaux de référence dans chaque région vers lesquels adresser le malade pour qu’il soit pris en charge, à la fois pour lui même et pour éviter la contagion“. D’après Slate.fr, ces centres spécialisés de soins disposent de moyens adaptés et de techniques très spécifiques pour faire face à ce type de maladies extrêmement contagieuses.

ob_e51c3f_4467638-6-768a-nancy-writebol-l-un-desSi des analyses pour diagnostiquer le virus Ebola sont disponibles en France, il n’existe à ce jour ni traitement, ni vaccin contre la maladie. Tous les soins prodigués aux malades sont essentiellement destinés à traiter les symptômes de la maladie comme la fièvre intense et la déshydratation.

Toutefois, il existe un traitement expérimental aux États-Unis, deux américains contaminés ont bénéficié du “ZMapp”. Mais ce vaccin, très peu expérimenté dans la réalité, est vu d’un mauvais oeil par les autorités européennes qui continuent à croire que le risque d’importation du virus en Europe est mince.

Après avoir été saisi par les États-Unis, le Conseil de sécurité de l’ONU va se prononcer sur un nouveau projet de résolution qui devrait rassembler les gouvernements autour de la gestion de l’épidémie. L’objectif est de lutter contre la propagation du virus et d’apporter des solutions rapides de prévention et de soins sur place. Cette initiative impulsée par l’administration Obama est rare. Elle démontre l’ampleur de la crise et l’inquiétude des représentants du monde entier au sujet de la propagation du virus.

About author

Informer, décrypter, divertir
    Related posts
    À la uneBrèvesCinéma

    Marvel : la bande d’annonce de Shang-Chi et la légende des Dix Anneaux dévoilée

    À la uneBrèves

    Chine : des scientifiques ont créé 132 embryons homme-singe

    À la uneBrèvesFaits Divers

    Un couple de retraités réserve prés de 800 créneaux de vaccination

    À la uneCultureInternational

    5 éléments pour comprendre … le démon Valak (Conjuring 2, La Nonne)

    Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux