RMC Découverte diffuse mercredi 10 octobre à 20h50, un nouveau jeu télévision de chasse à l’homme « Escape, 21 jours pour disparaître ». Onze équipes disposent de 21 jours pour disparaître et échapper à des professionnels de la course poursuite.

Quelques jours nous séparent de l’arrestation de Rédoine Faïd et le nouveau jeu de RMC Découverte « Escape, 21 jours pour disparaître » arrive sur nos écrans comme un clin d’oeil à l’actualité. Adapté du format britannique « Hunted », cest le nouveau format phare de la chaîne, une gigantesque course poursuite de 21 jours autour de onze participants. Ils ne seront pas rémunérés, doivent se procurer un certain matériel à leur frais, et échafauder un plan seuls, mais pourtant ils font bel et bien partie de cette nouvelle aventure ! Onze participants – dont 5 duos et 1 personne livrée à elle-même – devront échapper à une équipe surentraînée de professionnels. Parmi eux, des détectives privés, des policiers, des militaires et Christophe Caupenne, ancien négociateur du RAID. Les fugitifs, eux, sont des gens comme vous et moi. Dès lors, il apparaît impensable que des débutants puissent échapper à une organisation de professionnels, alias le « QG ». Le Parisien présente quelques mécaniques de l’émission.

Une chasse à l’homme encadrée

Si l’idée-même d’une course poursuite semble appeler au non-respect de la loi, ce n’est guère le cas ! Ne pas dépasser le cadre légal : voilà l’un des principaux credos d’ « Escape ». Et bien que certaines scènes puissent laisser voir des participants sans ceinture de sécurité dans des véhicules, la production garantit qu’aucun accident n’est à déplorer. Mais attention : les séquences ne sont pas à reproduire chez soi !

D’autre part, les candidats sont-ils jetés dans la nature, complètement livrés à eux-mêmes ? Non. Il est assigné pour chaque équipe : un caméraman, un journaliste et un coordinateur. Des professionnels de santé et des agents de sécurité seront également présents en toute heure du divertissement pour assurer la sécurité des fugitifs (un petit luxe quand on est traqué par des troupes surentraînées !).

Un budget de 400 euros par équipe leur est même accordé, à condition de ne pas retirer plus de 50 euros tous les deux jours : maigre budget pour la mission entreprise !

Finalement, si dans « Hunted » la législation britannique autorise l’utilisation de vraies images de caméras de surveillance, ce n’est pas le cas en France ! Pour « Escape : 21 jours pour disparaître« , il a falllu respecter les règles étatiques : les images de surveillance sont reservées à l’Etat. De fait, les équipes de production ont dû installer des caméras GoPro à des endroits stratégiques pour les équipes en fuite. Les enquêteurs auront également la possibilité de simuler une réquisition pour obtenir ces images – compter 3 à 8 heures de procédure. Les téléphones seront même géolocalisés si utilisés (le baba de la course poursuite).

On souhaite bonne chance à ces apprentis fugitifs qui, on l’espère, ne connaîtront pas le même sort que Rédoine Faïd !

A lire aussi : La lettre « homophobe » de Michel Onfray à Emmanuel Macron fait polémique