L’Etat du Victoria (Australie) a annoncé hier la légalisation du suicide médicalement assisté. La loi, qui entrera en vigueur en juin 2019, permettra aux patients en phase terminale de mettre fin à leurs jours.

« Une journée mémorable pour le Victoria »

Après la Suisse, c’est au tour de l’Australie de faire un pas vers l’euthanasie. Après de longs et vigoureux débats, la loi a été votée le 22 novembre par la haute chambre du Parlement.

Le dispositif consiste à fournir des doses létales, que le patient pourrait s’auto-administrer, et s’appliquerait à des personnes dont l’espérance de vie est évaluée à douze mois.

« Le Victoria est le premier État d’Australie à adopter des lois sur la mort volontaire assistée, donnant aux Victoriens atteints d’une maladie terminale la compassion et la dignité qu’ils méritent à la fin de leur vie », a commenté le Premier ministre de l’Etat Daniel Andrews, particulièrement favorable à cette mesure.

« Le suicide médicalement assisté est contraire à l’éthique »

De son côté, l’Association médicale mondiale (AMM) a fermement réaffirmé son opposition à cette procédure : « Le suicide médicalement assisté est, comme l’euthanasie, contraire à l’éthique et doit être condamné par la profession médicale. Le médecin qui, de manière intentionnelle et délibérée, aide un individu à mettre fin à sa propre vie, agit contrairement à l’éthique », s’indigne-t-elle.

Ainsi, elle incite vivement « toutes les associations médicales nationales et les médecins à refuser de participer à un acte d’euthanasie, même si la loi nationale l’autorise ou la décriminalise dans certaines situations. »