À la uneCulture

Exposition Ron Mueck : l’hyperréalisme émouvant et troublant à l’état brut

Une claque invisible et silencieuse, telle est l’effet provoqué par l’exposition Ron Mueck à la Fondation Cartier pour l’art contemporain qui se prolonge désormais jusqu’au 27 octobre 2013. Un véritable succès pour l’artiste qui surprend et trouble par son œuvre aussi mystérieuse que démesurée.

Si le réalisme est une caractéristiques intrinsèque au travail de Ron Mueck, nul ne peut nier la dimension humaniste et pourtant onirique de son œuvre. L’exposition nous transporte en effet dans un monde étrange, fait de personnages silencieux aux traits sculptés dans une obsession du vrai troublante. Tous les détails sont travaillés au millimètre avec une précision déconcertante. De la chair aux expressions, le spectateur semble pénétrer dans une intimité presque gênante avec ces personnages mis à nus qui ne sont plus simples corps mais des intériorités à part entière. De fait, Ron Mueck dessine une nouvelle dramaturgie du réel avec ces êtres hyperréalistes inspirés de sources diverses – image de presse, souvenirs, histoire de l’art mais également nature morte avec Still Life (2009)- en nous confrontant à l’inquiétante étrangeté du rapport au corps et à l’existence. Un travail exhaustif et intense relaté à travers le film de Gautier Deblonde, Still Life : Ron Mueck at work, où le photographe complice nous fait pénétrer dans les coulisses de son œuvre avec pudeur et fascination.

maskii_hd_a4Mystérieuse, cette exposition présente également un rapport au temps et à l’espace complètement absurde et pourtant très émouvant. La silhouette ployée de Woman with Sticks (2009) par exemple, cette femme nue courbée sous l’effort qui malgré sa petitesse d’échelle semble pénétrer l’espace entier par sa présence mystérieuse et allégorique. De même que le Couple under an umbrella (2013), placé au centre de la pièce et visible depuis le Boulevard Raspail, imposants par leur taille et pourtant ne dégageant que tendresse et intimité malgré l’incongruité du lieu (la salle) et du contexte (la plage). On se prend donc à trouver chez ces « êtres » une certaine empathie pour ce qu’ils reflètent de nous-même et de nos relations, le tout dans une atmosphère à la fois onirique et palpable.

Ron Mueck parvient donc avec ses œuvres à réinventer l’art hyperréaliste de manière émouvante et troublante, à travers une exposition inédite proposant trois nouvelles sculptures ( Couple under an umbrella, Woman with shopping et Young couple) réalisées spécialement pour l’occasion. Avec plus de 80 000 visiteurs déjà conquis au mois de juin, l’exposition nous ouvre encore ses portes un mois encore. Une occasion inédite de se risquer dans cet univers particulier, si éloigné et pourtant si proche de nous et de notre quotidien.

WOMAN WITH STICKS, 2009, Matériaux divers, Ron Mueck. Photo courtesy Anthony d'Offay, Londres

WOMAN WITH STICKS, 2009, Matériaux divers, Ron Mueck. Photo courtesy Anthony d’Offay, Londres

Fondation Cartier pour l’art contemporain:

http://fondation.cartier.com/#/fr/art-contemporain/26/expositions/866/en-ce-moment/862/ron-mueck/

Clara Losi

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneLe Tøhu-BøhuMusiqueNon classéSoiréesSpectaclesTendances

La fine fleur des Dj Dark ce soir pour la New Wave Party à l'International Paris emmenée par le Dj Yami Spechie

À la uneSport

Tour de France : quelles sont les 21 étapes de l’édition 2022 ?

À la uneSéries Tv

Why women kill : la série de Marc Cherry finalement annulée par Paramount+

À la uneCinémaCulture

La Fête du cinéma : ça fonctionne comment ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux