À la uneActualitéFranceSociété

Une folle rumeur vide des établissements scolaires

Une cour de récréation presque déserte, des chaises libres et des pupitres vides, voilà le paysage que les enseignants de nombreuses écoles ont pu constater depuis le début de la semaine. 

C’est une incroyable histoire que celle de familles ayant reçu la semaine dernière un SMS dénonçant « l’enseignement de la théorie du genre » à l’école. Cette folle rumeur a vidé plusieurs écoles de Meaux (Seine-et-Marne) lundi, et de Montbéliard (Doubs) vendredi. Cette campagne de contestation consiste à appeler les parents à ne pas mettre les enfants à l’école un jour par mois. Si l’on en croit le site consacré à l’évènement, l’absence des enfants devra être justifiée par le motif :  «journée de retrait de l’école pour l’interdiction de la théorie du genre dans tous les établissements scolaires». La campagne baptisée «JRE2014» (Journée de retrait de l’école) est relayée sur les réseaux sociaux avec des slogans comme «Demain, tu seras une femme mon fils».

Une campagne qui affole les parents

L’effet escompté a eu lieu. Dès vendredi dernier, plusieurs parents n’ont pas emmené leurs enfants à l’école. On compte jusqu’à 20% d’élèves absents au sein des ZUS de Meaux . L’effet est moindre sur les parents parisiens, seuls 32 élèves ne sont pas venus à l’école dans les 662 écoles de la capitale.

Une jeune femme a même publié sur twitter le contenu du sms reçu.

 

Une initiative anti « ABCD de l’égalité »

A l’origine de cet appel au boycott, Farida Belghoul, une proche de l’essayiste d’extrême-droite Alain Soral. Cette initiative a par ailleurs reçu le soutien de la présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin.

C’est le lancement de l’expérimentation baptisée « ABCD de l’égalité » par le ministère de l’Education National qui a mit le feu aux poudres. Ce programme vise à mettre en place des modules pédagogiques visant à vaincre les stéréotypes filles/garçons à l’école pour lutter contre les inégalités dès le plus jeune âge.

« Tout ça est absolument faux, il faut cesser » 

Vincent Peillon, le ministre de l’Education Nationale a coupé court à toutes les rumeurs. Il parle d’un mouvement «mineur» mais qui est suivi «avec attention». Le ministre se veut rassurant avec les parents et a affirmé à l’Assemblée Nationale que : «Ce que nous faisons, ce n’est pas la théorie du genre -je la refuse-, c’est promouvoir les valeurs de la République et l’égalité entre les hommes et le femmes ». Vincent Peillon martèle que « Tout ça est absolument faux, il faut cesser » et appelle également les parents à ne pas suivre «ceux qui veulent semer la division et la haine dans les écoles».

De son côté, le syndicat des professeurs SNiupp-Fsu a dénoncé «cette campagne mensongère et réactionnaire qui vise à effrayer les parents d’élèves» et qui «a malheureusement eu des premiers effets dans quelques écoles de certains départements avec des chiffres d’absentéisme importants». Le syndicat demande également au ministre «que les recteurs relaient un discours très clair auprès de toutes les familles en proie à la désinformation». Leur crainte : que la rumeur se propage de plus en plus …

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneInternational

D'où vient le slogan "All Eyes on Rafah" ?

ActualitéSéries Tv

Fiction française : quel est notre bilan de la saison 2023-2024 ?

ActualitéSportTennis

5 champions ou championnes de tennis qui n’ont jamais gagné Roland-Garros

À la uneFranceMédias

Inès Reg : pourquoi le tournage d'un unitaire pour TF1 a été suspendu ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux