À la uneActualitéFootSport

Ligue 1 – 18e journée : l’OL remporte l’Olympico et s’en sort contre Marseille

La rédaction de VL. fait le point sur la dix-huitième journée de Ligue 1 de la saison 2017-2018.

L’OL l’emporte sans briller sur la pelouse du Groupama stadium

Le résultat est sévère pour l’Olympique de Marseille. Le club phocéen s’est incliné au Groupama stadium en clôture de cette 18e journée (2-0). L’erreur de main de Mandanda sur un coup franc frappé par Nabil Fekir a coûté cher aux Olympiens dès la 6e minute. La réaction n’a pourtant pas manqué de la part des joueurs de Rudi Garcia, développant un pressing et un jeu offensif. Mais c’est bel et bien l’efficacité qui a fait défaut au club phocéen. Et pour cause, le gardien lyonnais Anthony Lopes s’est livré à d’incroyables performances et plusieurs arrêts décisifs.

En seconde période, l’OL doublé la mise par l’intermédiaire de Mariano Diaz (51e). Cette fois, Mandanda, après avoir réalisé une première parade, est apparu impuissant face à la tête rageuse de l’international dominicain. Bien que l’OM ait tenté de renverser la situation en fin de rencontre, le club rhodanien s’en sort finalement en conservant l’avantage à l’issue du coup de sifflet final. En conséquence, c’est ainsi Lyon qui s’empare de la troisième marche du podium derrière Paris et Monaco aux dépens de l’OM ce dimanche.

Le soirée cauchemardesque de l’AS Saint-Etienne face à Monaco

De l’expulsion de Stéphane Ruffier à l’intrusion du président Roland Romeyer sur la pelouse, Saint-Etienne a vécu une soirée cauchemardesque contre Monaco vendredi soir (0-4). Des réalisations signées Sidibé (3e), Thomas Lemar (32e) Fabinho (53e) et Keita (60e) en faveur du club de la principauté. En plus d’être dépassé sur le plan sportif, le club stéphanois a fait face à des événements ubuesques.

Dès la 53e minute de jeu et le troisième but de Fabinho à la limite du hors-jeu, le match ne semblait plus à la portée des Verts. D’autant que le gardien de l’ASSE, Stéphane Ruffier, a alors été exclu après avoir fait savoir son mécontentement auprès de l’arbitre assistant. Et le cauchemar ne s’arrête pas là : après l’expulsion de Ruffier, le président du directoire stéphanois Roland Romeyer est descendu des tribunes présidentielles afin de s’en prendre aux arbitres sur la pelouse.

Le club du Forez encourt par ailleurs des sanctions conséquentes de la part de la commission de discipline de la LFP. Des ultras stéphanois ont ensuite tenté d’entrer dans les tribunes du stade Geoffroy-Guichard en marge de l’ouverture de la 18e journée. Et cela malgré le huis clos partiel prononcé à l’encontre du club après les débordements lors du derby contre Lyon le 5 novembre dernier. D’après RMC Sport, le club stéphanois risque un huis clos total de son stade durant deux matches.

Le retour retentissant de Neymar face à Rennes

De retour après une absence pour des raisons personnelles au Brésil, Neymar a largement contribué au succès parisien à Rennes (1-4). Impliqué dans la totalité des buts, le Brésilien ouvrait la marque sur un service de Kylian Mbappé dès 4e minute. Et les deux attaquants parisiens d’inverser les rôles quelques instants plus tard (17e). Le Stade Rennais réduisait ensuite la marque par Firmin Mubel (52e).

Neymar a réalisé un retour remarquable au sein de l’effectif parisien après quelques jours au Brésil. (LP/OLIVIER ARANDEL)

 

Quinze minutes avant le coup de sifflet final, le joueur le plus cher du monde servait Cavani (75e). L’occasion pour l’Uruguayen de retrouver le chemin des filets, avant que Neymar ne signe un doublé (76e). Le score aurait pourtant pu s’avérer moins sévère si Khazri n’avait pas manqué son penalty en fin de rencontre (90e).

A lire aussi : “Ligue des champions : le PSG jouera le Real Madrid en 1/8èmes de finale !”

Bordeaux, la série noire se poursuit

Les Bordelais enchaînent une troisième défaite consécutive en Ligue 1 à Nice ce dimanche (1-0). Et pour cause, la réaction tardive des joueurs de Jocelyn Gourvennec après l’unique but de Mario Balotelli. L’ouverture du score de l’international italien à la 36e minute n’a pas suscité le réveil immédiat des Girondins, manquant de se faire de nouveau surprendre par Dante au retour des vestiaires (54e). C’est seulement à l’heure de jeu que les joueurs girondins retrouvent de l’ambition, sans parvenir à inquiéter la défense du Gym.

L’image du week-end : La scène rocambolesque de la Goal Line Technology lors de Troyes-Amiens

Le match entre Troyes et Amiens (1-0) a révélé de nouvelles défaillances dans le système de la goal line technology samedi. Sur une tête de l’attaquant troyen Suk, le ballon a frappé la barre transversale avant de s’écraser sur la ligne de but du gardien amiénois Régis Gurtner, puis de ressortir.

L’arbitre de la rencontre, François Letexier, dont la montre s’est mise à vibrer tardivement, a alors eu un doute. Et alors que la modélisation sur écran témoignait de l’invalidité du, c’est sur décision du délégué de la rencontre que M. Letexier a dans un premier temps validé le but.

La contestation des Amiénois ont néanmoins ranimé le doute dans l’esprit de l’arbitre qui s’en est remis une seconde fois au délégué. C’est seulement au terme de huit minutes de confusion que l’arbitre a pris la décision, à juste titre, de refuser le but. Cela relance plus que jamais le débat sur l’assistance de l’arbitrage vidéo en France.

Autres résultats de la 18e journée de Ligue 1 :

Strasbourg – Toulouse : 2-1

Montpellier – Metz : 1-3

Dijon – LOSC : 3-0

Caen – Guingamp : 0-0

Nantes – Angers : 1-0

Marius Bocquet

About author

Étudiant en journalisme à l'Académie ESJ Lille et en Science Politique à l'Université de Lille
Related posts
À la uneActualitéFrancePolitique

"Il a voulu faire son malin" : Eric Zemmour mécontent après son passage au 20h de TF1

À la uneFranceSanté

COVID 19 : la France annonce aujourd'hui 47 000 nouvelles contaminations

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous ... Emma Bovary, la très belle adaptation du roman de Flaubert

À la uneCinémaCulture

États-Unis : Plusieurs objets de films cultes à vendre lors d'une géante mise aux enchères

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux