À la uneActualitéCinémaFrance

Gérardmer 2019 : Rampant, dans la lignée de la série Kingdom

Parmi les dix films en compétition, VL a vu ce vendredi Rampant. Un long-métrage coréen qui ressemble à s’y méprendre à la récente création originale Netflix, Kingdom. On s’est donc amusé à faire le jeu des comparaisons…

Avant tout chose, de quoi ça parle Rampant ? Parce que c’est bien beau de vouloir se lancer dans une étude comparative de ces deux œuvres coréennes mais n’oublions pas pour autant l’essentiel : le pitch !

Rampant est un film d’horreur (et plus précisément de zombie) réalisé par Kim Seong-Hoon. Le long-métrage se veut aussi historique puisque la dynastie Joseon se retrouve au cœur de l’intrigue et notamment certains de ses membres (imaginés pour le bien du film) comme Lee Chung, fils déchu du roi Lee Jo, exilé en Chine, qui, pour des raisons familiales, revient au sein du royaume de Corée. Le prince découvre très vite qu’une étrange épidémie, qui transforme les morts en démons (nom donné aux zombies), se répand sur le territoire et risque de mettre en péril toute la population. L’affrontement est donc inévitable…

L’histoire de Kingdom est assez similaire. Le personnage principal se nomme Lee Chang et est également le fils rejeté du roi. Le danger est le même : des morts-vivants qui se métamorphosent en un éclair et qui courent à toute berzingue ! Le trône convoité par des personnages plutôt malintentionnés, les trahisons politiques en trame de fond, les scènes de combat joliment chorégraphiées, les décors traditionnels impressionnants et le soin accordé à l’élaboration des plans font partie des nombreux points communs que se partagent ces deux productions made in Korea.

Pour faire simple, on a beaucoup aimé Rampant et Kingdom. Le traitement du zombie dans une époque féodale apporte un souffle rafraîchissant au genre, surtout au vu des programmes récents qui s’inscrivent majoritairement dans une temporalité actuelle ou dans un futur proche. Le film aussi bien que la série ont des allures de grandes fresques moyenâgeuses visuellement impeccables qu’on prend plaisir à admirer. On note également une dose très correcte de moments de tension, distillés par-ci par-là avec parcimonie mais toujours avec une extrême efficacité.

Quelques défauts typiquement coréens…

Néanmoins, les deux œuvres peinent à convaincre sur quelques aspects… Leur faux-rythme permanent peut vite agacer. En effet, les scènes d’expositions s’accumulent, les personnages sont introduits par paquets de dix, les dialogues traînent bien souvent en longueur et le surjeu manifeste de certains comédiens amène à rire dans des situations parfois incongrues. On regrette aussi la rareté et le manque de relief des rôles féminins, fréquemment laissés en retrait derrière l’imposant cast masculin. Rampant se démarque un peu plus ici grâce au personnage de Deok-Hee très entreprenant et attachant.

Sorti le 25 octobre 2018 en Corée du Sud, le film présenté cette semaine à Gérardmer n’échappe pas à la comparaison avec la série Netflix mise en ligne trois mois après ce dernier. Si les six épisodes de Kingdom nous avaient déjà fait bonne impression au cours de notre visionnage, Rampant se montre autant voire même plus plaisant et spectaculaire que son ʺéquivalentʺ sériel !

Related posts
À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous ... The Kominsky method, vieillir avec humour.

À la uneÉtudiant

Le Parlement des Etudiants :une immersion en politique

À la uneBrèvesMédias

Miss France 2020 : ce qui vous attend pour l'élection du 14 décembre sur TF1

À la uneActualitéSociétéSociété

Près de 63 000 expulsés en France au cours de l’année

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux