Le Rassemblement National est fréquentable. Racines d’Avenir, un mouvement politique porté par des jeunes LR prônant « l’union des droites » est sans complexe. « La droite ne pourra  pas se faire sans Marion Maréchal demain » Erick Tegnér, le Président de Racines d’Avenir ne manque pas d’éloges pour la nièce de Marine Le Pen. Alors qu’il a soutenu Charles-Henri Alloncle, candidat battu lors de l’élection des jeunes LR, Tegnér tente de refaire le match et de convaincre les jeunes LR qu’un mariage entre droite républicaine et extrême-droite est la solution pour faire face à Emmanuel Macron. Dernier évènement en date, un débat avec Eric Zemmour prévu le 5 février sur les thèmes de l’Europe, l’immigration, les gilets jaunes ou encore les populismes. Sacré programme.

Le mirage de l’union des droites

Alors que l’élection d’Emmanuel Macron en 2017 a été vécu comme un séisme pour les partis de gouvernements traditionnels, éliminés dès le 1er tour, la reconstruction s’opère sur fond d’une Macronie affaiblie par la crise des gilets jaunes et l’affaire Benalla. Chez les Républicains, Laurent Wauquiez joue la carte de la France des territoires, celle des gilets jaunes face à la France des métropoles, celle qui a fait gagner Emmanuel Macron. Chez les jeunes LR, dont l’élection s’est achevée fin 2018, la ligne d’une droite républicaine a été réaffirmée face à la liste prônant un rassemblement de la droite de Charles-Henri Alloncle qui a même reçu le soutien du candidat de l’union des droites Erik Tegnér dans la dernière ligne droite de l’élection. Des soutiens, Charles-Henri Alloncle n’en a pas manqué malgré la défaite dans les urnes et de tout bord politique, lui qui affime avoir eu le soutien de Valérie Pécresse interroge malgré tout sur des soutiens beaucoup moins modérés, entre ceux dédiabolisant certaines positions de l’extrême droite, de Debout La France de Nicolas Dupont-Aignan jusqu’au Rassemblement National de Marine Le Pen en passant par Sens Commun.

 

Le diner-débat organisé par Erik Tegnér avec comme invité star Eric Zemmour mais aussi la présence de Charles Henri Alloncle laisse aussi perplexe de nombreux jeunes LR avec qui nous avons pu échanger. Aura t-elle pour but de démontrer l’étendue des possibles « d’une union des droites » auprès des jeunes LR? Alors qu’il affirme porter une ligne modérée, le fait même d’annoncer sa participation à un évènement de cette nature ne revient-elle pas en une forme de reconnaissance de l’intérêt de celui-ci? Une opération de com qui passe mal auprès des cadres des Jeunes LR comme Yonas Eshete, délégué national des jeunes républicains qui tonne « Charles-Henri Alloncle et Erik Tegnér ne sont absolument pas légitimes pour organiser ce dîner au nom des jeunes républicains, qui plus est, un événement comme une alliance des Républicains avec le Rassemblement National. Pour un ancien responsable des « jeunes avec Sarkozy », ces dérives sont inquiétantes »

 

Derrière ce débat de l’union des droites, un enjeu majeur pour le parti Les Républicains. Peut-il à l’avenir conserver ce statut de parti de gouvernement et l’emporter seul en imposant son programme ou devra t-il transiger avec l’extrême droite sur un programme commun pour reconquérir le pouvoir ? Cette démarche d’union des droites qui revient à dédiaboliser l’extrême droite en la considérant comme un possible allié d’un parti de gouvernement républicain est risquée. En 2017, n’est-ce pas l’extrême droite de Marine Le Pen qui a privé la droite de sa base conservatrice? A force de rendre fréquentable l’extrême-droite, le risque ne serait-il pas de reconnaître au Rassemblement National le statut d’un parti qui pourrait prochainement gouverner à l’heure où les populismes ont le vent en poupe en Europe?

Hugo Corazza, un délégué national des jeunes du parti Les Républicains ne cache pas ses craintes « Les Républicains n’ont pas vocation à devenir l’anti-chambre du Rassemblement National ou de l’union des droites, mais ont bien vocation à rester un parti de gouvernement. Nous devons être aussi sévères avec ceux qui ont succombé aux sirènes du macronisme qu’avec ceux qui rejoignent la chimère de l’union des droites ». Le ton est donné, à force d’invoquer l’union des droites, Tegnér et Alloncle ne risquent-ils pas de faire disparaître la droite républicaine à terme?

Contacté, Charles-Henri Alloncle dément tout rapprochement avec l’union des droites et n’est pas encore certain de participer à l’évènement.  Erik Tegnér et Aurane Reihanian quand à eux n’ont pas souhaité faire de commentaire.

Droit de réponse : Déclaration de Quentin Raymondi, Secrétaire Général de Racines dAvenir en charge de la communication :
 » Aurane Rehanian et son équipe ont refusé de venir au diner-débat d‘Eric Zemmour car ils l’ont jugé trop sulfureux. Certains n’ont visiblement de droite que le nom. Je les invite à rejoindre les Jeunes avec Macron, ils se sentiront sûrement plus à l’aise. «