ActualitéSport

Grand Prix de Russie : Mercedes pour un deuxième sacre

Le Grand Prix de Russie, le quinzième de la saison, prend place ce week-end à Sotchi. Mercedes arrive avec des certitudes tandis que McLaren et Red Bull sont grandement à la peine. 

Mercedes champion si …

Accusant 169 points d’avance sur Ferrari, l’écurie allemande a besoin de trois points sur la Scuderia. Une mission qui ne devrait pas être impossible pour l’équipe de Toto Wolff. Pourtant, ce dernier reste prudent: “Nous retournons en Russie avec les bons souvenirs de la saison dernière, quand nous avions assuré le premier titre constructeurs de Mercedes avec un doublé. Répéter cette performance à Sotchi serait fantastique et c’est l’objectif absolu, mais nous ne nous faisons pas d’illusions en pensant que ce sera facile. Le travail n’est pas encore fait.” En effet, Ferrari est toujours capable d’un nouveau coup magistral comme c’était le cas à Singapour, où les flèches d’argent ont grandement pêché en terme de réglages sur la monoplace.

Mercedes champion sur même circuit l'an dernier.


Hamilton en Tsar incontesté ? 

A une victoire de dépasser son idole Ayrton Senna, Hamilton arrive à Sotchi en toute tranquillité. Avec 48 points d’avance sur son coéquipier Nico Rosberg, le britannique pourrait poser quasiment les deux mains sur le titre mondial. Une pression reposant donc sur les épaules de Rosberg. L’allemand doit gagner et espérer que les Ferrari s’intercalent entre lui et Hamilton. “Il me faut un peu de chance mais on a vu dans le sport que tout peut arriver”. L’an dernier, Lewis Hamilton s’est imposé sans forcer.

McLaren-Honda toujours dans l’apprentissage. 

Lors du grand prix du Japon, Alonso qualifiait le bloc Honda de “moteur de GP2”. Un message calculé au fief du motoriste nippon. A l’aube du quinzième grand prix de la saison, Alonso sera équipé d’un nouveau moteur et se retrouvera pénalisé sur la grille de départ. Un moyen de répondre à Alonso en utilisant les derniers jetons sur le développement de l’engin. Jason Button, officiellement confirmé chez McLaren pour 2016, devra attendre le prochain grand prix aux Etats-Unis pour être équipé du nouveau bloc moteur.

Qui veut de Red Bull ? 

Les problèmes de l’écurie autrichienne subsistent toujours. A savoir, quel moteur pour 2016 ? Selon Bernie Ecclestone, un accord de principe aurait été donné entre Mercedes et Red Bull. Mais le motoriste à la flèche d’argent ne voit pas les choses ainsi. Nikki Lauda, président non-exécutif de l’écurie allemande, estime que le patron à la boisson énergisante, Dietrich Mateschitz, n’honorerait pas, également, sa loyauté envers Mercedes. “Nous devions tout d’abord en discuter avec M. Mateschitz, car Mateschitz, pour une raison qui m’échappe, n’a jamais aimé Mercedes.” Reste alors la solution du moteur Ferrari. Mais là encore, ça coince. La Scuderia ne propose que le moteur 2015. Marko Helmut, proche conseiller de Mateschitz, déclare dans une interview à Auto Motor und Sports que “Ferrari ne manque pas de culot en nous proposant des moteurs 2015 quand, au même moment, Sauber et Haas se voient offrir des moteurs 2016. La possibilité que nous quittions la formule 1 n’en est que renforcée”. Autre solution : garder le moteur Renault pour 2016 dans l’attente d’un rachat par Volkswagen en 2017.

Red Bull et Renault en 2016 ?

Related posts
À la uneActualitéInternationalPolitique

Le Liban brûle d’espoir

À la uneActualitéArtArt / ExpoCultureFranceMusiqueSpectacles

Da Silva : "Je me sens plus proche de la naïveté de l'enfance que du cynisme des hommes".

À la uneRugbySport

France-Pays de Galles : l’arbitre remis en question

À la uneActualitéMédias

Un retour de la publicité le soir sur France télévisions ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux