Suite à la demande du gouvernement de réduire les dépenses télévisuelles, le groupe France Télévisions s’apprête à annoncer un ensemble de mesures dans son plan d’économie, qui sera présenté le 21 décembre prochain. Zoom sur les changements annoncés.

France Télévisions s’apprête à vivre une période délicate, après l’annonce du gouvernement de sa volonté de réduire les dépenses du groupe télévisuel. En effet, l’Etat souhaite réaliser au total plus de 50 millions d’économie en 2018.

« Un travail complexe et difficile »

Le groupe, qui accusait une perte de 200 millions d’euros à l’arrivée de sa présidente, est désormais dans le vert sur le plan financier. Toutefois, la ministre de la Culture Françoise Nyssen annoncait le 7 septembre dernier vouloir réaliser des économies supplémentaires.

«C’est un vaste chantier. Nous sommes encore au travail. Nous étudions encore des options sur lesquelles il reste des arbitrages à rendre. C’est un travail complexe et difficile», a souligné le groupe public.

« 40 à 50 » postes supprimés dans l’information

Pour dégager les 50 millions d’euros exigés par le gouvernement, Delphine Ernotte envisage tout d’abord de résilier 180 postes tout au long de l’année 2018. Deux ans après une première suppression de 150 emplois, cette décision a pour objectif de réaliser 20 millions d’euros d’économie. La suppression de ces postes met notamment en danger les magazines d’investigation de France 2, Envoyé spécial et Complément d’enquête. Cependant, la direction de France Télévisions a assuré dans un mail interne ne jamais avoir eu l’intention de porter atteinte à ces deux marques.

La présidente envisage de réduire les frais de reportage et le nombre de pigistes. Des coupes budgétaires dans les rendez-vous d’info du week-end, 13h15 le samedi et 19h le dimanche sont par ailleurs envisagées. Au total, cet effort devrait représenter environ 5 millions d’euros, ce qui correspond à une baisse de 2 % du budget de l’information. Sur les 180 postes non renouvelés à France Télévisions en 2018, « 40 à 50 » devraient être supprimés, reconnaît la direction.

8% d’économies sur le sport

Coté sport, France Télévisions n’écarte pas l’hypothèse de renoncer aux JO de 2024. Face à Canal+ ou SFR, la facture serait bien trop importante pour le groupe public. Pour l’heure, le service des sports va devoir réduire ses dépenses, avec une baisse programmée de 7 % à 8 % de son budget. France Télévisions pourrait également renoncer aux droits TV de la Coupe de France et de la Coupe de la Ligue. Toutefois, le groupe envisage de conserver ceux du Tour de France ainsi que du tournoi de tennis Roland-Garros.

Enfin, le groupe télévisuel prévoit de revoir à la baisse l’ensemble des contrats de production pour les émissions liées au divertissement (jeux, talks-show etc.). De ce fait, « France Télé » envisage d’augmenter le nombre de rediffusions pour remplir sa grille.

Face à ces changements, plusieurs journalistes ont déposé une motion de censure à l’attention de Delphine Ernotte, qui sera soumise au vote le 12 décembre prochain.

À lire aussi : Delphine Ernotte : « Une charte pour garantir la qualité des séries et accélérer leur processus de fabrication »