À la uneSéries Tv

On a vu pour vous… le premier épisode mystérieux de Dark, la série allemande de Netflix

Les dix épisodes de Dark, la première série allemande signée Netflix, ont été mis en ligne vendredi 1er décembre. On décrypte pour vous l’entrée en matière de ce nouveau show intriguant.

Depuis 2016, le géant américain de la vidéo en ligne mise beaucoup sur ses productions originales européennes. Après The Crown en Grande-Bretagne, Suburra en Italie et Marseille en France, c’est désormais au tour de Dark, la première série allemande made in Netflix, de se faire une place dans le coeur du public toujours plus exigeant de la plateforme.

A lire aussi >> Pour sa seconde série française après Marseille, Netflix adapte Osmosis, une série de Arte Créative

C’est quoi Dark ? Dark se déroule dans une petite ville allemande où la disparition de deux jeunes enfants fait éclater au grand jour les doubles vies et les relations brisées au sein de quatre familles. Au cours des dix épisodes d’une heure, l’histoire prend une tournure surnaturelle qui ramène le spectateur dans la même ville en 1986.

Un scénario énigmatique

L’intrigue de Dark se déroule en 2019 dans une petite ville allemande, siège d’une centrale nucléaire qui doit prochainement fermer ses portes, à quelques kilomètres de l’Alsace. Déjà tourmentés par la disparition d’un adolescent depuis plusieurs jours, les habitants de Winden vont devoir faire face à une nouvelle tragédie : le jeune Mikkel, 11 ans, disparait à son tour dans la forêt aux alentours d’une grotte mystérieuse. Ce n’est toutefois pas la première fois que la petite bourgade connaît un tel drame, puisque des évènements similaires ont déjà eu lieu en 1986. Il semblerait même qu’ils se répètent tous les 33 ans. Coïncidence ou simple mythe ? À travers ces énigmatiques disparitions, la série va se concentrer sur l’histoire de quatre familles aux destins entremêlés avec pour toile de fond l’Allemagne d’après-guerre. Un pitch particulièrement intriguant et alléchant, notamment pour les amateurs d’énigmes et de voyages dans le temps, qui seront au coeur de ce programme.

A lire aussi >> On débriefe pour vous… la très attendue saison 2 de Stranger Things

Comparée par beaucoup à Stranger Things, la série allemande se rapproche davantage des oeuvres de Stephen King, avec une touche de Twin Peaks et 12 Monkeys. Certes, une partie de l’intrigue de Dark se déroule dans les années 80′, les personnages principaux sont une bande d’adolescents et la série se veut mystérieuse et surnaturelle, mais les ressemblances avec Stranger Things s’arrêtent là. Rappelons également que les héros de la série américaine sont en réalité des enfants, et non pas des adolescents. Bien que l’imperméable jaune porté par Jonas tout au long du premier épisode ne soit pas sans rappeler celui de Georgie dans ÇaDark dispose de sa propre identité. Créé par Baran bo Odar, le programme allemand allie intrigues fantastiques et surnaturelles avec un focus tout particulier sur les relations humaines de ses personnages et une bonne dose d’épouvante. Le premier épisode de la série est prenant, malgré un rythme très lent. Aucun détail ne semble laissé au hasard. On a hâte de découvrir la suite et de comprendre ce qu’il se passe à Winden.

© Netflix

Une esthétique soignée et un casting talentueux

Grâce à son esthétique sombre, ses ciels nuageux et pluvieux, et son ambiance rappelant les séries nordiques du moment, Netflix nous offre à nouveau une série à la photographie particulièrement réussie. Ajoutons à cela des comédiens extrêmement convaincants. Louis Hofmann, connu des Allemands pour avoir tenu le rôle-titre dans le film Tom Sawyer en 2011, interprète Jonas, l’adolescent réservé encore endeuillé par le suicide de son père. Le reste du casting se compose pour la majorité d’acteurs encore inconnus, mais on peut applaudir en particulier dans ce premier épisode la prestation d’Oliver Masucci dans le rôle d’Ulrich Nielsen, le père de Mikkel. Bien que le casting talentueux de Dark soit un atout pour la série, on ne peut pas en dire autant de ses personnages qui n’ont pour le moment absolument rien d’attachant, contrairement aux autres séries reposant en grande partie sur un casting adolescent. Jonas parle si peu qu’on ne se rappelle déjà plus du son de sa voix, cinq minutes seulement après avoir terminé le premier épisode.

© Julia Terjung / Netflix

A lire aussi >> On a vu pour vous… Mr. Mercedes, le polar de Stephen King

Première série allemande du géant américain de la vidéo en ligne, Dark n’est pas juste un Stranger Things européen, comme le laissent penser certaines critiques, mais bien un programme original avec une identité propre. Grâce à une intrigue mystérieuse, une esthétique soignée et un casting de qualité, la nouvelle série made in Netflix s’annonce prometteuse. Attention toutefois à ne pas trop abuser des énigmes, car les téléspectateurs n’aiment pas particulièrement les questions laissées trop longtemps sans réponse. On vous donne très prochainement notre avis sur la saison complète. 

10 épisodes de 50′

Related posts
À la uneSéries Tv

L'art du crime : une saison 4 en écriture

À la uneActualitéBrèvesÉtudiantFranceSociété

Le Brevet des collèges décalé à cause de la canicule

À la uneHigh Tech

Netflix se lance dans le jeu vidéo

À la uneActualitéCultureFestivalMusique

Les Solidays 2019, un succès de plus dans la lutte contre le Sida.

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux