CinémaLa Loi des SériesMusique

Harold Faltermeyer (Top Gun) | Seriefonia

A l’occasion de la sortie (enfin) du second opus de Top Gun, nous consacrons un épisode à son compositeur Harold Faltermeyer.

[« SérieFonia : Season IV : Opening Credits » – Jerôme Marie]
[Extrait Sonore « Top Gun »]

Ça y est ! Il arrive ! Plus de 35 ans après l’original, Top Gun Maverick sera enfin à la portée de tous à partir de mercredi prochain. Mais, si je préfère lui consacrer cette pastille dès aujourd’hui, c’est parce que plusieurs avant-premières sont organisées un peu partout d’ici là… Notamment à Maisons-Laffite où, si vous allez au cinéma l’Atalante à compter du 24 mai, vous pourrez entendre ceci en guise d’avant programme…

[« Glances Crossed (Fade to Dark) – Elvin Road]

Ça s’appelle « Glances Crossed » et c’est tiré du magnifique album Fade to Dark du groupe Elvin Road. Un univers à découvrir absolument… à la juste croisée des chemins entre musique de film, électro et rock pur et dur. Je vous redonne le nom… ELVIN… ROAD… Cherchez-les… Découvrez-les… Achetez-les… Et, surtout, aimez-les. Bon, ceci étant dit, revenons-en au fait…

[« Top Gun – Top Gun Anthem » – Harold Faltermeyer]

Emblématique au possible : le Top Gun Anthem, composé en 1986 par Harold Faltermeyer pour le film de Tony Scott est synonyme d’évasion ultime pour tous les gamins de ma génération. Qui n’a pas rêver de « s’envoyer en l’air » façon Tom Cruise au soleil couchant, au son tantôt électronique tantôt électrique d’une partition comme on en fait plus… Enfin… Comme on en faisait plus. Car bien que le nom d’Hans Zimmer ne manquera pas de s’afficher bien en gros sur la pochette de la BO du nouveau film, Harold Faltermeyer est bel et bien de retour lui-aussi. Bon… avec potards à fond, façon Zimmer…

[« Top Gun : Maverick – Top Gun Anthem (Trailer Version) – Top Gun : Maverick » – Harold Faltermeyer/Hans Zimmer]

Comme d’hab, faut que ça crache… que ça sature… que ça vrombisse… Toutefois, il s’agit là de l’arrangement opéré pour la bande-annonce. Attendons donc d’entendre ce que le score du film donnera réellement au final. Ce dont on est sûr, en revanche, c’est que côté chanson, on va passer de ça…

[« Top Gun – Take my Breath Away » – Berlin]

À… ça…

[« Top Gun : Maverick – Hold my Hand » – Lady Gaga]

Exit l’indémodable et si originale signature du groupe Berlin et de sa mythique « Take my Breath Away »… Avec « Hold my Hand », Lady Gaga s’empare de la franchise via de la pop aussi démonstrative que désespérément classique et, je suis désolé de le dire, tellement peu inspiré que si elle n’avait pas ajouté un petit bruit d’avion qui surgit à la toute fin du morceau, on se demanderait bien ce qu’elle fout là… Non pas qu’il fallait nous remettre du Berlin à toutes les sauces… Mais peut-être, au moins, chercher à proposer une nouvelle sonorité unique, comme avait su le faire « Take my Breath Away » à l’époque. Mais bon. Passons…

[« Beverly Hills Cop – Axel F. » – Harold Faltermeyer]

Vous vous souvenez peut-être de ce thème présent sur à peu près toutes les complis de synthétiseurs du milieu des années 80… Mais savez-vous qu’il est tiré du film Le flic de Beverly Hills, de Martin Brest, sorti deux ans plus tôt que Top Gun ? Cette année 1984 marque les débuts du compositeur Allemand, Harold Faltermeyer, au sein de l’industrie de la musique de film. Né à Munich en octobre 1952, et après des études 100% musicales à Nuremberg, il devient arrangeur pour Giorgio Moroder à compter de 1978 et commence sa carrière sur rien de moins que Midnight Express ! Après quoi, il le suit sur American Gigolo et Ça plane les filles, tous deux sortis en 1980. Parallèlement, il compose, produit ou arrange pour des artistes de variété tels qu’Amanda Lear, Donna Summer ou Billy Idol…  Enfin, en également en 1984, il signe sa première bande originale en solo avec le thriller Voleur de désirs de Douglas Day Stewart. Et, comme j’aime à en employer la formule, ça ressemblait à ça…

[« Thief of Hearts – Love Theme » – Harold Faltermeyer]

Oui, on peut dire qu’avec Giorgio Moroder, il a été à bonne école. Ils ont en commun cette même approche du mélodisme à tendance pop. Simple, efficace et immédiatement percutante. Et fun même à l’occasion ! Comme ici pour Fletch aux trousses, avec Chevy Chase dans le rôle-titre en 1985…

[« Fletch – Theme » – Harold Faltermeyer]

Après l’immense succès de Top Gun en 1986, il enchaine avec pas moins de trois films en 1987. Le flic de Beverly Hills 2, Beauté fatale et The Running Man, réalisé Starsky… Heu… Paul Michael Glaser, avec Arnold Schwarzenegger en ex-flic contraint de participer à un jeu télévisé particulièrement mortel… Ouais, c’était un peu Squid Game avant l’heure…

[« The Running Man – Revolution/End Credits » – Harold Faltermeyer]

En 89, il est fidèle à Fletch et en signe la suite : Autant en emporte Fletch !, puis accompagne les pérégrination musicale de Sylvester Stallone et Kurt Russell sur Tango & Cash, qui reste culte pour certains…

[« Tango & Cash – The Set Up » – Harold Faltermeyer]

Trois ans plus tard, il offre un très beau thème mélancolique au Kuffs de Bruce E. Evans, avec Christian Slater en jeune flic rebelle. Toujours dans la lignée d’un style profondément marqué et bientôt destiné, non pas à disparaître, mais néanmoins à devenir de moins en moins plébiscité. Pour un temps, tout au moins.

[« Kuffs – So Sad » – Harold Faltermeyer]

C’est alors que l’improbable se produit : la production franco-allemande en charge du long-métrage d’animation… Astérix et les Indiens pensent à lui pour en assurer la partition. Un choix qui s’avère aussi étonnant que payant, tant son apport marque le métrage de son impact narratif si spécifique… Loin, très loin, des précédentes propositions (pourtant excellentes) de Gérard Calvi. Mais rappelons qu’Harold Faltermeyer est Allemand d’origine ! Ceci expliquant surement cela…

[« Astérix et les Indiens – Indian Village » – Harold Faltermeyer]

Comme annoncé, les temps et les modes changent et, à partir du milieu des années 90, le cinéma commence à le bouder. Il trouve alors refuge dans le jeu vidéo… qu’il traite évidemment avec la même rigueur, et de manière tout aussi graphique. J’en veux pour preuves le saxophone à tendance « film noir » de Jack Orlando : A Cinematic Adventure en 1997…

[« Jack Orlando : A Cinematic Adventure – Streets of Crime » – Harold Faltermeyer]

Et son travail de la voix sur Two Worlds dix ans plus tard.

[« Two Worlds – Siege of Cathalon » – Harold Faltermeyer]

Depuis le très oubliable Top Cops, avec Bruce Willis en 2010, Harold Faltermeyer n’avait plus été appelé à composer une seule musique de film… Espérons donc que la sortie de Top Gun : Maverick, et sa collaboration avec Hans Zimmer, saura de nouveau éveiller l’intérêt des producteurs envers son style reconnaissable entre tous. Et c’est en douceur, sur le certes rétro mais non moins formidable « Mémories » de Top Gun premier du nom, que je vais refermer ce SérieFonia de haut vol en attendant la réponse. AU dire des premiers chanceux qui l’ont déjà vu : le film serait extraordinaire… J’espère, sincèrement, qu’il en va de même pour sa musique…

[« Top Gun – Memories » – Harold Faltermeyer]

Pour écouter nos émissions sur Deezer, ça se passe ici
Dispos aussi sur Apple Podcast et Podcast Addict
Pour rejoindre le Twitter de La loi des séries, ça se passe ici
Pour rejoindre la page Facebook de La loi des séries, ça se passe ici

About author

Journaliste spécialiste des musiques de films et de séries sur VL
Related posts
À la uneMusiqueNon classéSoiréesSpectaclesTendances

La fine fleur des Dj Dark ce soir pour la New Wave Party à l'International Paris emmenée par le Dj Yami Spechie

À la uneCinémaCulture

La Fête du cinéma : ça fonctionne comment ?

ActualitéCinéma

5 dates clés dans la carrière de Chris Pratt

À la uneCinémaCulture

Est-ce qu’Austin Butler chante lui-même dans Elvis ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux