À la uneActualitéCôte d’AzurFranceRégions

“Ils ne nous font pas peur !”

Partout en France des rassemblements de soutien aux victimes de l’attentat, survenu à Charlie Hebdo, ont été organisés. À Nice, Christian Estrosi et près de 3000 “Charlie” se sont réunis.

Sur la place Garibaldi, à Nice, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées. L’émotion est palpable. Des étudiants, des journalistes, des travailleurs, tous se sont réunis pour témoigner leur peine.

“Ils ne nous font pas peur !”

Christian Estrosi, le député-maire de Nice, a tenu un discours solennel au sujet de l’attentat qui a visé Charlie Hebdo et a demandé une “minute de silence pour témoigner”.

“Barbarie épouvantable”. Tels sont ses premiers mots concernant ces attentats.

Mettant en avant la liberté d’expression, il a condamné cet acte en s’adressant à la population niçoise, présente en masse sur la place Garibaldi.

Peu après son discours, il a confié à Radio VL qu’il demandait “au ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve que le plan vigipirate passe en Alerte Attentat -passant d’une menace imminente à une protection maximale- aussi à Nice et dans toutes les grandes métropoles de France”.

Revenant sur ce rassemblement, il a expliqué que les français n’ont peur de personne, même si le “sentiment qu’un proche puisse être frappé de la même manière” était compréhensible.

De son côté, le préfet des Alpes Maritimes, Adolphe Colrat, a rendu hommage à Christian Estrosi pour avoir organisé ce rassemblement. Il a, par ailleurs, assuré que la France ne se laissera pas intimider.

“On a peur d’être stigmatisés”

Siham, 45 ans, présente au rassemblement, expliquait que “l’Islam ne demande pas de tuer des innocents”.

Maher et Moktar, bougie à la main, étaient là, eux aussi. Émus, ils sont cependant fiers de venir en tant que “musulmans français” et veulent marquer la distinction entre islamistes et musulmans : “C’est horrible, au nom de l’Islam, ils font n’importe quoi”.

Sarah, elle aussi sur la place Garibaldi, est “triste” et fait part de son sentiment “d’horreur absolue de s’en prendre aux libertés”.

“On va continuer quoi qu’il arrive”

Didier Beaumont, journaliste à France 3 couvrait l’événement. Il explique qu’il continuera à informer les gens de la même façon et poursuit et déclarant “qu’ils ne pourront pas gagner en s’attaquant à la presse”, symbole de la liberté de pensée.

La jeunesse elle aussi présente

Marine, étudiante en commerce, était présente pour afficher son soutien

Marine, étudiante en commerce, était présente pour afficher son soutien

De nombreux étudiants, eux aussi, se sont réunis à Nice pour marquer leur soutien.

Julien, Anaïs et Claire, étudiants en économie expliquent qu’ils se sentent menacés par les islamistes mais qu’ils resteront mobilisés face à la barbarie.

Selon Marine, étudiante à l’EDHEC, “il faut qu’on soit tous unis.” Elle juge qu’on a attaqué la démocratie et les libertés et “qu’il ne faut pas se laisser faire”.

Sarah, elle, est choquée et en colère. La jeune étudiante en droit, âgée de 18 ans, a beaucoup de peine, ressent de l’incompréhension, mais ne se laissera pas faire face au terrorisme.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
France

Les chaises design les plus populaires en 2022

À la uneBeauté

Découvrez la nouvelle collection Noël de Lush

À la uneBuzz

Eric Zemmour pointe des journalistes avec une arme

À la uneSéries Tv

Léo Mattéi : une nouvelle brigade pour la saison 9

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux