EconomieFrance

Immobilier : on quitte les grandes villes en Bretagne

Cette année va encore enregistrer des chiffres records dans l’immobilier qui ne cesse de grimper. Les demandes des consommateurs ont changé, ils cherchent désormais à retrouver un confort de vie plus important en s’éloignant des grands centres urbains.

Encore plus près de la mer 

En Bretagne comme partout en France, on observe un nouveau phénomène immobilier. Les gens cherchent à s’éloigner des grands centres urbains pour trouver des villes de plus petite taille avec un meilleur confort de vie. Les confinements ont fait réfléchir certains locataires ou propriétaires et c’est aussi le cas en Bretagne. L’envie de changer et de trouver mieux pour moins cher tout en travaillant est réelle. C’est d’ailleurs une tendance que l’on observe aussi en Suisse par exemple. 

Le phénomène crée un volume de transaction record avec 1,2 million de ventes dans l’ancien d’après le groupe ESPI (Ecole supérieure des professions immobilières). Des transactions records, mais aussi des prix records. En effet, l’immobilier est en hausse dans presque tout le pays et la Bretagne n’est pas épargnée. À Brest, par exemple, le prix du mètre carré est monté de 16 % entre 2020 et 2021. Dans la région, on observe de nouvelles recherches sur les plateformes de location ou d’achat immobilier. Là où avant la recherche  “appartement rennes location” était la plus grande, on retrouve aujourd’hui des requêtes en grand nombre pour la ville de Brest, de Vannes ou encore de Saint-Brieuc. 

Une tendance qui progresse

Cette tendance à quitter les grandes villes et se diriger vers les villes moyennes et littorales n’est pas due uniquement à la pandémie et aux confinements. On observe d’ailleurs ce phénomène depuis plus d’une dizaine d’années. Ainsi, la pandémie aurait simplement interrompu le phénomène et il reprendrait encore plus fort désormais, accentué par l’accessibilité aux prêts immobiliers.

En Bretagne, c’est le Finistère et les Côtes-d’Armor qui sont prisés par les nouveaux acquéreurs à la recherche de campagnes urbaines. Ils cherchent à s’éloigner de Rennes ou même de Nantes pour trouver des villes plus abordables au cadre de vie plus confortable. Les prix des loyers sont beaucoup plus attractifs dans les villes de Saint-Brieuc, Brest ou Vannes, ils vont même jusqu’à être deux fois moins élevés qu’à Rennes. Pour autant, les nouveaux acquéreurs cherchent à cumuler confort de vie avec un accès aux services urbains et un cadre de vie de campagne. 

Des profils plus variés

On pourrait penser que la tendance est liée à l’augmentation du télétravail, mais ce n’est pas tout à fait juste. Cela ne concerne pas toutes les professions et seul, environ un tier des demandeurs, sont dans une catégorie professionnelle susceptible d’offrir du télétravail. Ainsi, la demande est variée et les profils de toutes catégories professionnelles. Cela démontre aussi l’ampleur de l’engouement puisque si certaines catégories professionnelles peuvent espérer garder leur travail en s’éloignant, certains ne le peuvent pas. On imagine alors qu’ils sont prêts à changer d’employeur ou déplacer leur activité afin de pouvoir changer de ville. Cela peut aussi s’expliquer par le fait que les demandes ne concernent pas uniquement les résidences principales.

En effet, on constate que les achats de maisons ne concernent pas que des logements neufs ou des logements directement disponibles. Ainsi, les acquéreurs se dirigent vers des biens dans lesquels ils se projettent à l’avenir. Cela peut être des anciennes maisons qui ont besoin d’être rénovées. C’est une logique différente d’investissement, ici on cherche la sécurité pour les ménages, ils souhaitent obtenir une maison quitte à y emménager seulement dans quelques années. Il y a aussi la possibilité de louer la maison et de profiter de l’immobilier locatif pour se créer un apport de revenus mensuels en attendant de déménager. Certains misent sur ces villes attractives pour gagner de l’argent et accroître leurs gains avant de partir de leur ville. 

Des investissements à long terme

Il ne s’agit pas d’un exode urbain, les investisseurs l’ont bien compris. Les villes de taille moyenne regorgent aussi d’activités économiques et culturelles. C’est alors des options intéressantes pour l’investissement immobilier locatif que ce soit pour des logements ou même des bureaux d’entreprise. Ces cadres de vies offrent de nombreuses possibilités et permettent d’investir à moindre en coût en pariant sur leur attractivité à l’avenir. 

Les prix qui y sont encore plus faibles qu’ailleurs viendront à monter dans l’avenir ou se stabiliser, ainsi, c’est un investissement pour les années à venir, soit pour y louer, soit pour trouver son nouveau logement à moindre coût. 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFranceSanté

C’est quoi le nouveau vaccin franco-autrichien contre le Covid prénommé “Valneva” ?

À la uneFrancePolitique

Qui est Eric Coquerel, le nouveau président de la commission des finances ?

À la uneFranceHigh Tech

C’est quoi le « timbre digital », ce nouveau service annoncé par La Poste ?

À la uneFrance

Montant, éligibilité… tout ce qu’il faut savoir sur le chèque alimentaire

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux