Vous n’avez pas suivi l’actualité cette semaine ? Pas de panique, voici pour vous les cinq infos à retenir de cette semaine du 14 janvier.

La grogne des surveillants pénitentiaires dure

Le 11 janvier, trois surveillants pénitentiaires étaient agressés dans la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) par un détenu radicalisé. Quatre jours après cette attaque139 des 188 centres pénitentiers français ont été « impactés » par des grèves. Les syndicalistes dénoncent « l’impunité totale » dans les prisons et le « laxisme » des gouvernements successifs face au traitement des détenus radicalisés les plus violents. En réponse, Emmanuel Macron a annoncé avoir demandé « un plan pénitentiaire global » d’ici à la fin du mois de février. Lundi, mardi et vendredi, de nouvelles agressions de surveillants perpétrés par des détenus radicalisés ont eu lieu. Cela explique pourquoi vendredi, environ 40% des établissements pénitentiaires étaient toujours bloqués.

À lire aussi : Comment les détenus radicalisés sont-ils traités en prison ?

Mathieu Gallet, le président de Radio France condamné pour « favoritisme »

Lundi 15 janvier, l’ex-président de l’Institut national de l’audiovisuel, Mathieu Gallet, a été condamné à un an de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende. L’actuel président de Radio France était jugé pour « favoritisme », soupçonné d’avoir commandé environ 400 000 euros de prestations à deux sociétés de conseil sans avoir respecté les règles des marchés publics, lorsqu’il présidait l’INA. Il a immédiatement fait appel de la décision. Bien que l’appel soit suspensif de la peine, le CSA pourrait décider de relever Mathieu Gallet de ses fonctions de président de Radio France.

Macron à Calais pour gérer l’épineux dossier des migrants

Mardi, le président français s’est rendu à Calais un an et demi après le démantèlement de la « jungle ». Quelques jours après la présentation aux associations concernées du projet de loi asile-immigration, Emmanuel Macron a annoncé que l’État allait désormais s’assurer de la distribution des repas aux migrants. Il a également réaffirmé, en présence des élus locaux, qu’il ne laisserait pas se réinstaller une « jungle » à Calais. Jeudi 18 janvier, à l’occasion de la venue d’Emmanuel Macron au Royaume-Uni, la première ministre britannique Theresa May a annoncé que son gouvernement allait augmenter de 50 millions d’euros sa contribution à la sécurité de la frontière de Calais. Environ 600 migrants vivent actuellement à Calais en attendant de pouvoir passer la frontière avec l’Angleterre.

Le pape François en visite au Chili

Mardi 16 janvier, le pape François s’est rendu pour la sixième fois au Chili. À Santiago, le souverain pontife a donné une messe publique et prononcé cinq discours, dont un très attendu concernant les actes de pédophilie perpétrés par les membres du clergé chilien. Il a manifesté sa « douleur » et la « honte » qu’il ressentait. Pour rappel, en 2015, selon la base de données de l’ONG Bishop Accountability, 80 religieux chiliens étaient concernés par un scandale d’abus sexuels.

Le projet aéroportuaire de Notre dame des landes abandonné par le gouvernement

Mercredi à l’issue du conseil des ministres, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé l’abandon définitif du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Ce dernier a indiqué que « le projet ne [pouvait] se faire dans un contexte d’opposition exacerbée entre deux parties presque égales de la population ». Après plus de cinquante ans de blocages, la construction de cet aéroport n’aura pas finalement pas lieu. À la place, Édouard Philippe a annoncé que l’aéroport de Nantes Atlantiques et celui de Rennes serait modernisés. De même, le Premier ministre a appelé les « zadistes » à évacuer la zone d’ici le 30 mars. Interrogés dans la foulée, les Français ont approuvé la décision du gouvernement.

À lire aussi : Les Français adoubent le gouvernement dans son renoncement à Notre-Dame-des-Landes