À la uneActualitéFranceMédias

Jean-Marc Morandini : “je suis victime d’un assassinat public”

morandini

Jean-Marc Morandini a donné une conférence de presse pour donner sa version des faits après l’enquête à charge du magazine Les Inrockuptibles sur le tournage de sa web série lesfaucons.tv.

Jean-Marc Morandini a commencé sa conférence de presse en expliquant ce qu’il a vécu depuis une semaine. « Je souhaite à personne de vivre ce qu’on est en train de nous faire vivre : à ma famille, mes proches, à mes amis qui souffrent, on est en train de leur faire vivre l’enfer » a-t-il déclaré. Il a enchaîné en s’attaquant aux journalistes présent dans la salle. « Ça suffit. J’en prends plein la gueule depuis une semaine. Je lis des articles dégueulasses ». Il a reproché aux journalistes ayant traité l’affaire d’utiliser des « témoignages que personne ne vérifient ».   

Jean-Marc Morandini remet en cause l’enquête des Inrocks

D’un ton accusateur, il explique faire face à des « accusations ignobles » de la part d’un magazine, « Les Inrocks qui manipulent la vérité ». Cependant, il est bon de signaler que les journalistes des Inrocks n’ont pas eu le droit d’assister à la conférence de presse de Jean-Marc Morandini.  

L’animateur assume la web série qu’il a produite en rejetant les accusations d’images hot et trashs comme les Inrocks le lui reprochait. « Oui j’ai produit cette série, oui il y a de la nudité à raison de deux minutes par épisode mais aucune relation sexuelle face caméra : où est le problème ? la série ne serait même pas interdite aux moins de 12 ans si elle était diffusée à la télé. » Il n’hésite pas à mettre en doute le témoignage des acteurs en expliquant qu’ils étaient prévenus et consentants. « Les acteurs étaient au courant de ce qu’ils faisaient, dans les premiers mails envoyés par mon équipe de prod, on leur disait “doit être à l’aise avec la nudité” et le script ne faisait paraître aucune ambiguïté ».

L’animateur producteur poursuit en s’attaquant à un des témoins les plus présents dans les médias. Jonathan Louis se présentait comme acteur de la série, sauf que selon Jean-Marc Morandini, il n’a jamais été présent dans un des épisodes de la série : « Vous [les journalistes] avez tous interrogé ce mec-là. Mais il est venu, ça n’a pas convenu et il est parti. Et aujourd’hui il parle sur les conditions de tournage ? Je crois qu’on rêve. »

Il reconnaît des “maladresses” et assure qu’il est “en train de s’en occuper” mais refuse le portrait que la journaliste des Inrocks tire de lui. « Cette pigiste a fait un papier puant sur moi, me faisant passer pour un vicieux, pour un pervers. » Il poursuit et parle du caractère privé de certaines informations dévoilées la semaine dernière par l’hebdomadaire, et se défend en disant qu’il détient lui aussi des informations privées autour de certains animateurs mais qu’il ne les dévoile pas, ne les déforme pas car c’est la règle. Cette défense éthique lui permet de ne pas répondre à certaines accusations sur ses correspondances troubles avec certains acteurs de sa web-série.   

Jean-Marc Morandini continue sa défense et nie quelques informations dévoilées par les Inrocks. Selon lui, les castings ne se sont pas déroulés à Europe 1 comme on l’a laissé entendre, mais dans les locaux de sa boite de production. Il réfute également les accusations sous-entendues sur ses relations sexuelles. « Je n’ai jamais forcé quiconque à avoir des relations sexuelles avec moi, et je vais vous le dire, car c’est sous-entendu dans ces papiers dégueulasses, je n’ai jamais couché avec un mineur ».

Jean-Marc Morandini se dit “victime d’une affaire de chantage”

« La vérité je vais vous la dire », annonce t-il. « Je suis victime d’un chantage depuis plusieurs mois, un chantage qui m’est fait par un animateur de télé connu, un animateur qui m’a envoyé plusieurs messages. », poursuit-il avec captures d’écran des messages à l’appuiDans un des messages, on peut lire « Pour faire simple, tu arrêtes de parler de mes mauvaises audiences ou je fais sortir des saloperies sur toi dans la presse ». Cette affaire semble être un immense règlement de compte dans le petit monde des médias.  

« J’ai donc bien évidemment pas cédé au chantage, et mon avocat a envoyé une mise en demeure à cet animateur, c’était le 14 avril 2016. Deux mois après, je constate que comme je n’ai pas cédé, ses menaces sont mises à exécution. J’ai continué a donner ses mauvaises audiences chaque matin à l’antenne (sur Europe 1, où il présente “Le Grand Direct des médias”, NDLR). Ce maître-chanteur, je vais vous donner son nom, car je n’ai plus envie de rire. Cet animateur, c’est Marc-Olivier Fogiel et c’est contre lui que je vais porter plainte. Tout tourne autour de lui dans cette affaire. Il a fait tourner tous ses réseaux pour me descendre. Vous êtes peut-être demandé pourquoi cette enquête sortait dans les Inrocks, alors que ce n’est pas le genre du magazine. Eh bien tiens donc, ce magazine appartient à Matthieu Pigasse, qui n’est autre que l’associé de Marc-Olivier, et ils travaillent depuis longtemps ensemble. Ils ont d’ailleurs fait écrire dans un site où ils ont mis de l’argent, Les Jours, que la rédaction d’iTELE ne voulait pas travailler avec moi »

MAJ : Les Jours a tweeté peu après la conférence de presse de Jean-Marc Morandini, et a noté que les deux associés possédaient une faible part du capital du site ;

« Ce n’est pas tout, car je sais que Fogiel a fait appel à son ex-amant, Matthieu Delormeau. Je détiens des enregistrements de Mathieu Delormeau qui demandait jusqu’à vendredi dernier par téléphone à plusieurs personnes de témoigner contre moi. Il proposait même de rembourser les frais d’avocats aux personnes qui témoignaient. »

Selon Jean-Marc Morandini, Mattieu Delormeau aurait même demandé à NRJ 12 de virer son animateur star lors de la sortie de l’enquête des Inrocks, et se serait proposé pour un éventuel remplacement à la rentrée sur Europe 1. Chris Bieber, un acteur pornographique et sosie de Justin Bieber aurait lui aussi alimenté la polémique à la demande de Matthieu Delormeau. Le conflit opposant Jean-Marc Morandini à Matthieu Delormeau et Marc Olivier Fogiel n’est pas nouveau mais il prend des proportions inédites.

En revanche, l’animateur-producteur n’a pas évoqué quelques éléments de l’enquête, notamment la directrice de casting “Catherine Leclerc”, qui s’avérerait être une couverture de Jean-Marc Morandini lors d’échanges de mails chauds, selon les Inrocks ou encore le salaire des acteurs qui n’aurait pas été versé. L’hebdomadaire, quant à lui, prévoit de nouvelles révélations à paraître dans son édition de demain dont une relation trouble entre Jean-Marc Morandini et un mineur de 15 ans.

Jean-Marc Morandini estime n’avoir fait aucune erreur « Je n’ai rien à me reprocher ». Il ne s’exprimera plus dans les médias sur cette affaire mais devant la justice puisque au moins deux acteurs de sa web série ont décidé de porter plainte pour usurpation d’identité et travail dissimulé. Lui-même a décidé de contre attaquer en attaquant Marc-Olivier Fogiel, Matthieu Delormeau, Les Inrocks et Chris Bieber au pénal.   

Je suis Corse. Et en Corse il y a deux choses sacrées : l’honneur, et la famille. Ils ont piétiné ces valeurs. Et ça, je ne l’oublierai jamais

Le journaliste a, en conclusion, tenu à remercier sincèrement ses patrons qui n’ont pas encore donné leur décision sur les suites à donner à cette affaire.
« Contrairement à ce que j’ai pu lire, là encore, ils sont à mes côtés depuis le premier jour de cette attaque minable ». Jean-Marc Morandini est encore incertain de retrouver son émission de trois heures à la rentrée sur Europe 1 ainsi que que ses primes sur NRJ 12. Il devait également présenter une nouvelle tranche d’information entre 18h et 19h sur iTELE à la rentrée.

Marc-Olivier Fogiel répond et se dit “serein”

Marc Olivier Fogiel a réagi peu de temps après la conférence de presse à l’AFP. Il dénonce “une tentative de diversion classique et pathétique, un écran de fumée minable“. Il se dit “serein et calme” et fait part de son intention de porter plainte pour dénonciation calomnieuse. Matthieu Delormeau a également annoncé son désir de porter plainte.


image à la une : Twitter William Molinié

Par Romain Gaspar et Louis Dufossé 

Related posts
ActualitéCultureSéries Tv

Demain nous appartient : La petite-fille d'une icône française rejoint le casting.

À la uneCinémaLa Loi des Séries

La tête dans le culte : Les Bronzés / Les dents de la mer (LLDS #297)

ActualitéMédias

Coup de gueule de Thierry Ardisson sur France Inter.

À la uneActualité

LREM : Agnès Thill exclue pour ses propos sur la PMA

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux