ActualitéInternationalSanté

Le Kenya, le Ghana et le Malawi vont tester le premier vaccin contre la malaria

L'OMS va tester un premier vaccin contre la malaria

Près de 400 000 personnes sont victimes du paludisme chaque année. Face à cette situation catastrophique, un test grandeur nature va être mené dans ces trois pays africains.

 

Demain 25 avril, ce sera la Journée mondiale contre le paludisme et cette année, le thème est plutôt clair et compréhensible : “En finir définitivement avec le paludisme”. Si cette maladie est présente dans de nombreux pays, c’est sur le continent africain qu’il y a le plus de victimes. En 2016, le paludisme a tué 4000 personnes, rien qu’au Burkina, dont 3000 enfants. Plus édifiant encore, 2 millions de cas de paludisme auraient été décelés dans le pays depuis le début de l’année.

 

Le Mosquirix à l’assaut de la malaria ?

A la veille de cette journée, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a fait une annonce importante ce matin à Nairobi. Un vaccin va être testé dans les prochains mois dans trois pays africains : le Kenya, le Ghana et le Malawi. Le Mosquirix, ou RTS,S, a été mis au point par un important groupe pharmaceutique britannique et servira de “programme pilote” dans la lutte contre la malaria. Au total, l’OMS ambitionne de vacciner au moins 360 000 enfants d’ici à 2020. Validé en 2015 par l’Agence européenne du médicament, le Mosquirix se base avant tout sur un répulsif anti-moustique.

A lire aussi >> Enfin un essai concluant pour le vaccin contre le SIDA ?

 

Objectif 2030 pour la disparition de la malaria

Si le vaccin est déjà reconnu comme un pas en avant, il ne garantit toutefois pas une immunisation. Son principal objectif est avant tout de réduire les épisodes paludiques, en particulier les plus importants, ceux qui vont nécessiter une hospitalisation. Pour ce faire, l’enfant devra recevoir quatre injections du vaccin : elles se feront à l’âge de 5, 6 et 7 mois. La dernière prise se fera à ses 2 ans. Avec ce fonctionnement, l’objectif est de sensibiliser les parents à un mode d’injection continu et une visite fréquente des établissements médicaux.

Le test doit donc commencer l’année prochaine au Kenya, au Ghana et au Malawi, trois pays parmi les plus touchés par la malaria. Si sa présence a fortement chuté ces dernières années, cette maladie sévissait dans 91 pays en 2015. Devant la gravité de la situation, ces tests-pilotes devront donc être concluants pour espérer un lancement mondial du vaccin. Inauguré en 2015, le nouveau plan de lutte contre la malaria prévoit une éradication de la maladie en 2030. Si cela fonctionne, ce plan aura évité 3 milliards de cas de contamination et aura sauvé 10 millions de vies.

 

 

A lire aussi >> Un vaccin contre Ebola

Related posts
À la uneSantéSéries Tv

Covid-19 : le tournage de la saison 2 de ‘La Chronique des Bridgerton’ en arrêt

À la uneEnvironnementInternational

Inde : un glissement de terrain fait au moins 76 morts

À la uneActualitéLittérature

Emmanuel Macron invité au Japon ; il repart avec un dessin original du créateur de ‘One Piece’

À la uneActualitéSanté

Le vaccin Moderna pourra désormais être administré aux 12-17 ans

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux