Vous avez bien lu : la benjamine de la famille Simpson permet de répondre à l’un des grands mystères de Westworld. C’est Jonathan Nolan qui le dit.

Diffusée depuis le 23 Avril dernier (en France sur OCS en US+24), Westworld continue de désarçonner et de surprendre, avec un récit complexe et ambitieux. Si elle a apporté quelques éclaircissements sur certaines questions, de nouveaux mystères et de nouvelles interrogations sont ainsi apparus au cours de cette deuxième saison – qui se conclura dans quelques jours avec le dixième épisode. Au cœur de la série, un thème récurrent concerne aussi bien les hôtes que les visiteurs : celui du libre arbitre.

Jonathan Nolan et Lisa Joy, créateurs de la série, participaient cette semaine à un panel à Londres, et ils sont revenus sur cette question essentielle dans Westworld : le libre arbitre existe-il ? Et de quelle manière le fait d’y croire ou non affecte-t-il notre comportement ? «Nous sommes partis de cette perspective pour l’épisode final. Cette idée qui veut que les humains n’aient pas vraiment de libre arbitre, qui ressemble un peu à un concept de science-fiction. Mais plus vous lisez sur le sujet, plus il y a de preuves que c’est effectivement le cas . » a expliqué Jonathan Nolan.

Il a notamment mentionné un article de la revue The Atlantic, publié sous le titre There’s no such thing as free will, but we’re better off believing in it anyway (Il n’y a pas de libre arbitre, mais mieux vaut y croire de toute façon) selon lequel « pour autant qu’on puisse en juger, le libre arbitre est une illusion. »

 Jonathan Nolan au panel de Londres (Photo British Film Institute)

 

« Si vous vous représentez l’esprit de quelqu’un et que vous le soumettez à un test expérimental, même quelque chose de simple comme appuyer sur un bouton gauche ou un bouton droit pour cliquer sur la bonne image, ce qu’on a découvert – l’expérience a été répétée et répertoriée depuis 30 ans – c’est qu’il y a environ une milliseconde avant le choix conscient d’appuyer sur le bouton , que quelque chose d’autre dans votre cerveau prend cette décision pour vous. On peut le voir sur l’imagerie. »

 Maggie Simpson : roulez, jeunesse !

 

C’est ce « quelque chose d’autre » qui a servi d’inspiration pour le titre de l’épisode final de cette saison : il s’intitule The Passenger, explique Nolan, « en partie parce qu’il y a en réalité quelque chose  d’autre au volant : notre subconscient ». Et c’est là que notre homme a illustré son propos avec un exemple inattendu : pour se représenter le concept, il faut penser au générique des Simpson. « Vous vous rappelez du début des Simpson, quand Maggie a son petit volant factice ? C’est ça, la conscience . Marge est au volant, on ne lui parle pas, on est à la place de Maggie et on regarde par la vitre en imaginant qu’on prend des décisions, mais la plupart des preuves suggèrent qu’on ne prend pas de décision du tout. »

Inattendue, l’image s’avère contre toute attente particulièrement parlante. Dolores et Maeve prennent-elles vraiment leurs propres décisions, ou sont-elles programmées ? Les humains mesurent-ils l’impact de leurs choix, les font-ils en pleine conscience ou sont-ils mus par quelque chose qui les dépasse ? Et qui aurait cru que Maggie Simpson répondrait à ces questions existentielles ? Doh !

Westworld
Final de la saison 2 diffusé le 25 Juin à 3H00 sur OCS