À la uneActualitéFrancePolitiqueRégions

La droite peut-elle ravir l’Essonne ?

Le dimanche 29 mars, la droite a l’occasion de remporter le département de l’Essonne. Aux mains du Parti socialiste depuis 1998, l’UMP et l’UDI ont l’avantage de voir une majorité de gauche en mauvaise posture.

Au soir du premier tour du 22 mars 2015, c’est la droite qui a viré en tête dans onze cantons dont certains avec une avance qui leur permet d’entrevoir sereinement la victoire comme à Gif-sur-Yvette (47,64%) ou Etampes (43,11%), Longjumeau (36,79%), Vigneux (40,96%) et Draveil (37,68%).

Mais si la gauche est en ballotage défavorable dans de nombreux cantons, elle s’est maintenue dans dix-huit des vingt et un cantons. Elle réalise de bons scores dans plusieurs bastions comme à Evry (avec 41,8% des suffrages) ou à Massy, le canton du président socialiste faisant partie des frondeurs, Jérôme Guedj avec 40,01%. Si la victoire de la gauche semble certaine dans ces deux cantons mais à Sainte-Geneviève des Bois (42,39%) ou à Palaiseau (39,37%), celui de Viry-Chatillon est empreint de suspense puisque le binôme FdG-Ps (41,06%) arrivé en tête est suivi de prêt par celui de l’union de la droite et du MoDem (35,99%).

L'Essonne après le 1er tour des départementales

La droite en tête dans 11 cantons sur vingt et un en Essonne après le 1er tour des départementales 2015.

 

Un Front National arbitre du deuxième tour dans plusieurs cantons.

Avec l’affirmation d’un réel tripartisme (FN-UMP-PS) en Essonne comme dans le reste du territoire national, la gauche mais aussi l’union de la droite et du centre devront prendre en compte les suffrages accordés aux candidats du Front National qui font, dans de nombreux cantons entre 15 et 25%. L’extrême droite essonnienne va jouer le rôle d’arbitre dans treize cantons où elle a été éliminée. De quoi faire basculer certains de gauche à droite puisque les listes UMP-UDI devraient, fort probablement, bénéficier du report des voix électeurs frontistes.

En effet, si le FN a été crédité de nombreuses voix et va peser dans les cantons où il n’est pas au second tour, les candidats du parti de Marine Le Pen sont parvenus à se maintenir dans huit cantons. Deux triangulaires à Arpajon et à Mennecy et six duels. Avec 32,96% des voix, le FN est arrivé deuxième dans le canton de Mennecy derrière l’UMP (39,95%) et devant l’union PS-EELV (27,09%). Cependant, et ce, comme à Arpajon où le FN a terminé troisième, l’extrême droite ne devrait vraisemblablement pas remporter ces cantons.

Le parti frontiste affrontera à trois reprises l’UMP-UDI à Corbeil-Essonnes (où il a terminé premier avec 26,95% des voix), Etampes ainsi qu’à Savigny-sur-Orge et trois fois des candidats de gauche profitant à Epinal-sous-Sénart, Evry ou Ris-Orangis de l’élimination des binôme de droite. Si à Evry ou Ris-Orangis, la victoire est impossible, la situation à Epinal-sous-Sénart est différente puisque le FN pourrait profiter d’une partie du report des 22,42% de l’UMP et des 16% des candidats de Débout la France pour remporter ce canton.

Le 91 bascule à droite ?

Résultats possibles en Essonne au soir du second tour des départementales 2015 le 29 mars prochain. (Crédit:Essonne Info)

Des résultats nuancés pour les autres formations politiques locales.

Sans alliance entre la droite et le centre à Brétigny-sur-Orge ou à Evry, le MoDem a fait des scores honorables en rassemblant 6,11% et 6,49% des suffrages dans ces cantons. Le canton de Viry-Chatillon est un motif de satisfaction pour le parti de François Bayrou puisque la candidate centriste, alliée à l’UMP s’est qualifiée au second tour contre la paire PCF-DVG et peut s’imposer grâce au report des voix du FN. La fédération MoDem a annoncé que partout où ses candidats ont été éliminés au premier tour, elle soutenait les candidats permettant de renverser la majorité socialiste, soit les candidats UMP-UDI.

Sans surprise, dans le canton de Yerres, les candidats du parti de Nicolas Dupont-Aignan (Débout la France) a viré en tête avec 44,87% des voix, lui assurant, probablement, une victoire dimanche prochain. Au même titre que les voix du FN ou du MoDem, les suffrages en faveur des candidats DLF devraient se reporter sur les listes UMP-UDI bien que le parti n’ait pas appelé pour voter en faveur d’un parti.

Concernant l’extrême-gauche essonnienne, les scores du Front de Gauche se situent plus ou moins entre 6 et 8% avec un pourcentage plus élevé à Evry (11,22%). Le bureau départemental du Parti de Gauche s’est dit satisfait puisque ses candidats affrontaient le Parti socialiste et ne faisaient partie d’aucune alliance. Le PS devrait bénéficier des votes d’extrême-gauche face à l’UMP-UDI bien que les candidats FdG précisent qu’ils attendent d’être convaincus avant de donner leur voix.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéFaits Divers

Nantes : le CHU condamné après le suicide d’une adolescente

À la uneActualitéInternational

Robert Downey Jr. en deuil après la mort de son assistant

À la uneActualité

Musée Grévin : une statue à l’effigie de Joe Biden fait son entrée

À la uneCulture

5 éléments pour comprendre … le mythe de Médusa

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux