Covid19: Déplacements de 100 km à vol d’oiseau autorisés. Port du masque obligatoire dans les transports en commun pour les plus de 11 ans. Attestation de l’employeur pour circuler à l’heure de pointe dans les transports en Ile de France. Les dernières annonces pour le 11 mai à retrouver dans notre live et lepoint sur l'évolution de l'épidémie.

À la uneActualitéÉtudiantPolitiqueRégions

La fronde d’Universités françaises à l’encontre du gouvernement

Depuis le mois de novembre 2018, un sujet fait débat. La cause ? L’annonce faite par le gouvernement, de vouloir augmenter les frais d’inscription dans les universités françaises, pour les étudiants non-européens.

L’objectif ministériel

L’augmentation des frais d’inscription fait débat. Depuis l’annonce faite par le Premier ministre, au mois de novembre, nombreux sont les étudiants et universitaires qui se mobilisent pour demander le retrait de cette proposition. Car elle propose une augmentation drastique des frais d’inscription pour les étudiants étrangers hors union-européenne. De l’ordre d’un tiers du coups de la formation réelle. Autrement dit, les frais d’inscription en licence passeraient de 170€ à 2 700€ environ.
Mais cette mesure a un but : permettre aux étudiants étrangers les moins fortunés de toucher des bourses d’études, financées par les plus riches. Aussi, le but recherché est d’augmenter le nombre d’étudiants étrangers d’ici à 2027, en passant de 320 000 à 500 000 étudiants par an. De même, cela permettrait d’améliorer les conditions d’études dans les universités.

La fronde des universités

Pour les universitaires, cette motion va à l’encontre d’un des principes fondamentaux de l’université française : une université ouverte à tous.
Bien convaincu de la non-utilité de cette hausse, certaines universités ont tout simplement décidée de ne pas l’appliquer. C’est le cas de l’Université Lumière Lyon 2, qui a fait savoir cette semaine, que la hausse ne sera pas appliqué à la rentrée. Mais Lyon 2 n’est pas la seule, d’autre ont aussi pris cet initiative. C’est le ca de l’université Clermont-Auvergne, de Toulouse Jean Jaurès ou encore de Renne 2.

Message de Nathalie Dompnier, présidente de l’Université Lyon 2.

À lire aussi : Université : Augmenter ses notes en donnant de son temps aux autres. 

Related posts
À la uneEconomieFrance

Le gouvernement travaille sur "un élargissement" des 100 kilomètres

À la uneRégions

Le Restaurant Le Boucanier vous reçoit les pieds dans le sable

À la uneBrèvesMédias

Stéphane Bern arrive à la rentrée sur Europe 1

À la uneInsolite

Les 5 championnats du monde les plus insolites !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux