Recrutement 📰 : VL. recherche son prochain alternant(e) en journalisme ! Envie de nous rejoindre, c'est juste ici

À la uneFrancePolitique

La présidente de l’UNEF reconnaît l’existence de réunions interdites aux « Blancs »

Mélanie Luce, invitée au micro de Sonia Mabrouk dans la matinale d’Europe 1, a avoué que son syndicat, l’UNEF (Union nationale des étudiants de France), organisait des réunions en “non-mixité”. 

Le syndicat étudiant de l’UNEF se retrouve, une nouvelle fois, sous le feu des critiques. Si l’interview de Mélanie Luce avait pour but initial d’évoquer la récente polémique autour des enseignants grenoblois accusés d’islamophobie, l’échange a vite dérivé. Au cours de l’interview, la journaliste demande à Mélanie Luce s’il y a des réunions où les blancs sont exclus. Ce à quoi elle répond : “On organise des réunions pour permettre aux personnes qui sont touchées par le racisme de pouvoir exprimer ce qu’elles subissent”. “Donc, il y a des réunions où les non blancs ne sont pas admis et où les blancs ne sont pas admis ?”, rebondit Sonia Mabrouk. “Oui il y a des réunions qui s’organisent » affirme alors Mélanie Luce, lors de l’échange houleux avec la journaliste. «Ça ne veut pas dire que ce sont des réunions dans lesquelles on prendrait des décisions», a-t-elle jugé bon de souligner.

La droite aux abois

Très vite, les propos de la présidente du syndicat étudiant ont provoqué un tollé général, ou du moins de la droite.

Le député Européen François-Xavier Bellamy a déclaré que “pour mettre fin à cette dérive raciste assumée, il faut dissoudre l’UNEF”. “Merci une fois de plus à Sonia Mabrouk pour sa clairvoyance, et l’exigence avec laquelle elle permet aux Français d’être réellement informés de la gravité des choix idéologiques qui, derrière les artifices de communication, menacent profondément l’universalisme et la démocratie”, écrit-il sur Twitter.

“Mélanie Luce, présidente de l’UNEF, confirme que ce syndicat organise des réunions interdites aux Blancs. Qui stoppera ce délire?”, a réagi Eric Naulleau.

“La présidente de l’UNEF reconnaît l’existence de réunions interdites aux blancs, c’est à dire des réunions racistes. La dissolution de ce groupuscule me paraît couler de source”, réagit Florian Philippot.

«C’est le retour aux origines, à la race»

Invité sur France Inter ce jeudi matin, Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, a fait part de son indignation. Ce dernier souhaite que la présidente de l’UNEF soit poursuivie en justice. «Je demande au Garde des Sceaux d’utiliser un moyen pour mettre en œuvre l’action publique pour la condamner, ou en tout cas pour rechercher ses responsabilités, pour provocation à la haine raciale», a-t-il réclamé. «On est en train d’américaniser la France, de racialiser les rapports sociaux. La civilisation, c’est le dépassement de la nature par la culture. C’est le retour aux origines, à la race. C’est terrible ce qu’on vit là. Il faut réagir avec beaucoup de force», affirme-t-il.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

Five days at Memorial : où a-t-on déjà vu Robert Pine ?

ActualitéFrance

C'est quoi un "baliste", ce poisson qui a mordu des touristes sur les plages du sud-ouest ?

À la uneSéries Tv

Un si grand soleil : de quel célèbre acteur américain Frédéric van den Driessche est-il la voix française ?

À la uneMédias

Drag Race France : qui remporte la première édition ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux