La prolongation de l’État d’urgence pour une durée de trois mois a été officialisée ce mercredi à l’issue du conseil de ministres. 

C’est une annonce faite par le porte parole du gouvernement. Stéphane Le Foll a déclaré que « Cet état d’urgence est utile dans la lutte contre le terrorisme », à l’issue du conseil des ministres qui s’est tenu ce mercredi. Stéphane Le Foll a affirmé que le conseil des ministres a demandé officiellement la prolongation de trois mois de ce régiment d’exception, qui devait initialement prendre fin le 26 février. Il a par ailleurs rappelé que la menace terroriste était « à un niveau extrêmement élevé ».

Malgré les critiques et les manifestations à l’encontre d’une quelconque prolongation, « l’application de l’état d’urgence se fait avec le respect du droit » s’est justifié le ministre de l’agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Le texte relatif à l’état d’urgence sera examiné à l’Assemblée Nationale le 16 février prochain. Cette mesure sécuritaire est très contestée, notamment par les opposants à cette prolongation qui militent contre son inscription dans la Constitution. Ils ont manifesté samedi dernier à Paris et dans plusieurs dizaines de villes de France, jugeant que cette mesure allait à l’encontre de la démocratie.

Qu’est ce que l’État d’urgence

L’État d’urgence permet les assignations à résidence de n’importe qu’elle citoyen suspecté d’entraver à la sécurité du pays ainsi que les perquisitions sans le contrôle préalable d’un juge, comme c’est le cas dans le régime de droit commun. Les préfets se réservent également le droit d’interdire « la circulation des personnes ou des véhicules » dans certaines zones. Le président de la République, François Hollande, a instauré l’état d’urgence après les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts.

À lire aussi : L’état d’urgence cristallise les inquiétudes