À la uneActualitéInternational

L’addiction aux jeux vidéos est désormais une maladie

C’est officiel : l’OMS a reconnu l’addiction aux jeux vidéos comme étant une véritable maladie à part entière.

Les jeux vidéos sont peut-être (enfin) reconnus en tant que tels. Avec près de 2,5 Milliards de joueurs dans le monde, le monde du gaming habite une communauté très influente, avec ses effets bénéfiques et ses vices. L’addiction aux jeux vidéos est un véritable fléau dans la communauté gamer : que ce soit sur PC, console ou téléphone, des milliers (voire millions ?) de personnes sont addictes aux écrans, au point dans les cas les plus graves de mettre en péril leur vie sociale ou même leur santé.

Un véritable trouble

L’Organisation Mondiale de la santé (OMS), alertée par de nombreux cas d’addictions, s’est penchée sur le sujet. Il en résulte la publication dès janvier d’une définition de cette addiction : un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables”.

Les critères principaux pour établir le diagnostic d’une addiction aux jeux vidéos sont les conséquences qui  en découlent : une dégradation des activités personnelles, familiales et sociales, voire professionnelles. Des dégradations “qui peuvent se manifester sur une période de douze mois”. Même si ces cas ne représentent qu’une minorité dans la communauté de gamers, la situation est prise très au sérieuse par l’OMS.

About author

Journaliste VL.
Related posts
À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous... Schitt’s Creek, la comédie sacrée aux Emmy Awards

À la uneSportTennis

Résumé de la 2ème journée de Roland-Garros 2020

À la uneActualitéInternationalPolitique

Le match Pence/Harris : De l'importance du vice-président

À la uneActualitéFranceSport

Cyclisme : Julian Alaphilippe, de l'armée jusqu’au trône mondial

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux