Gérard Larcher, le président sortant du Sénat, a été réélu ce lundi. Le sénateur des Yvelines (Les Républicains) occupe ce poste depuis 2014. Il avait déjà occupé le poste auparavant, de 2008 à 2011. Ce lundi, il l’a emporté avec 223 voix. Il avait remis son poste en jeu en septembre dernier, comme disposé dans la loi.

Ancien vétérinaire

Apprécié par ses pairs, Gérard Larcher était avant tout connu pour être un homme de terrain. Agé de 68 ans, il avait débuté la politique en 1976 en rejoignant le RPR (Rassemblement pour la république). Il fut ensuite le maire de Rambouillet (Yvelines) en 1983, succédant à Jacqueline Thome-Patenôtre (RPR). C’est trois ans plus tard, à l’âge de 36 ans, qu’il devient pour la première fois sénateur des Yvelines.

Promu vice-président du Sénat entre 1997 et 2001, puis président de la commission des affaires économiques entre 2001 2004, il quitte ensuite le palais du Luxembourg lorsqu’il est nommé ministre du Travail dans le gouvernement Raffarin III (2004-2005) puis Villepin (2005-2007). Mais avant de s’engager en politique, Larcher exerçait la profession de vétérinaire spécialisé dans les soins aux chevaux pendant 14 ans.

« Une main de fer dans un gant de velours »

Connaissant le Palais du Luxembourg dans ses moindres arcanes, Larcher a toujours été apprécié par les sénateurs, toutes tendances confondues. Mais il est parfois l’objet de quelques critiques. « Si dans le privé il est chaleureux et loyal, en politique il peut être très dur. C’est une main de fer dans un gant de velours », souligne auprès de l’AFP François Patriat, le patron des sénateurs de La République en marche.