À la uneActualitéFootSport

Le gardien de Chelsea déclenche une véritable polémique

Le gardien de but de Chelsea, Kepa Arrizabalaga, a refusé d’être remplacé hier soir face à Manchester City dans le cadre de la finale de la Coupe de la Ligue anglaise.

La colère s’est emparée du gardien de but de Chelsea hier soir lors de l’événement footballistique le plus regardé en Angleterre. Kepa Arrizabalaga a refusé de sortir du terrain à la 119e minute alors que son entraîneur Maurizio Sarri voulait le faire sortir avant les tirs au but. Une fin de match qui s’est soldée par la défaite de Chelsea à la fin de la séance de pénalty (3-4). Alors que les Blues ne sont pas très bien classés en championnat (6ème de Premier League), leur entraîneur se serait bien passé de cet épisode gênant.

Un entraîneur impuissant  

Un enfant capricieux. Le gardien le plus cher du monde n’a pas cédé sa place à la demande de son entraîneur. Malheureusement, c’est même Maurizio Sarri qui a baissé les bras et a dû laisser son gardien sur le terrain.

Cette vidéo a fait le tour du monde en quelques minutes, indignant les supporters et les suiveurs. Kepa s’est finalement excusé sur son compte Twitter.

« Je suis désolé de la façon dont les choses se sont déroulées à la fin de la prolongation. A aucun moment je n’ai voulu désobéir à l’entraîneur. La situation est le résultat d’un malentendu dû à un match à très haute tension avec un titre au bout. L’entraîneur pensait que je ne pouvais pas continuer alors que mon intention était de lui montrer que j’étais en parfaite condition pour aider l’équipe. Je regrette l’image que cet épisode a renvoyé et je présente mes excuses. »

Les journaux anglais s’en donnent à cœur joie

Une scène incroyable dont la presse anglaise fait ses choux gras ce lundi. « Anarchie à Chelsea. Sarri manque de tout plaquer après que Kepa refuse de sortir », titre le Guardian. Le Daily Mirror barre sa une d’un « Révoltant » et revient en long et en large sur « ce moment de folie », à grand renfort de photos. Le Daily Express, lui, fait dans la métaphore militaire en comparant cette scène à un acte de mutinerie de la part du gardien espagnol.

Related posts
À la uneActualitéArt / ExpoCulturePop & Geek

Travis Durden: la pop culture s'empare de l'Art Classique

À la uneActualitéArt / ExpoBrèvesInsolite

Les clichés les plus drôles du Comedy Wildlife 2019

À la uneActualitéNumériquePop & Geek

Quel est le Pokémon favori des français ?

À la uneActualitéCultureMusique

Trippie Red : nouvelle mixtape, nouvelle date de concert pour Paris

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux