Economie

Le rachat de crédits : une bonne opération ?

L’accumulation de dettes est l’une des principales causes de la précarité des foyers. Afin d’éviter cela, il est possible d’opter pour un rachat de crédits. Quelles garanties sont exigées ? Quels sont les taux d’intérêt qui sont appliqués ? Découvrez six questions à se poser avant de recourir à cette opération financière.

Quels sont vos besoins et vos objectifs ?

Vous devez faire le point sur vos besoins en matière de crédit. Le rachat de dettes est une opération que vous pouvez faire quand vous souhaitez par exemple simplifier la lecture des charges du foyer. En effet, avec le regroupement de crédits, l’organisme prêteur effectue un seul prélèvement chaque mois. Vous n’avez plus à gérer différentes dates de prélèvement et taux d’intérêt. Cela vous facilite la gestion prévisionnelle de vos comptes.

La consolidation des dettes est une opération qui convient à ceux qui sont en situation de mal endettement. Vous pouvez bénéficier d’une réduction des mensualités jusqu’à 60 %. En contrepartie, l’échéance se prolonge. Cependant, cela peut entraîner une augmentation du taux d’intérêt. L’idéal est de trouver le bon équilibre entre la durée de remboursement et le taux d’intérêt. C’est pour cela qu’il est recommandé de simuler la consolidation de dettes. Ainsi, vous pouvez utiliser une calculette de rachat de crédit pour réaliser cette opération : c’est un outil qui donne une estimation sur les avantages que peut vous apporter un regroupement de crédit. Vous devez entrer des renseignements sur vos revenus et votre statut (locataire ou propriétaire).

La consolidation de dettes peut aussi vous aider à obtenir une trésorerie supplémentaire. Elle vous permet d’augmenter votre reste à vivre. De plus, vous pouvez en profiter pour contracter un crédit immobilier. Le rachat de crédit permet de faire baisser le taux d’endettement en dessous de 35 %. C’est le seuil maximal que le HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) recommande pour prétendre à un crédit immobilier. Vous ne pouvez pas avoir recours à un rachat de dettes quand vous êtes surendetté. La Banque de France interdit en effet l’accès au crédit aux particuliers qui ont ce statut.

Quels sont les taux d’intérêt actuels ?

Les taux d’intérêt sont un élément important quand vous avez recours à un regroupement de dettes. Ils vont varier selon que vous rachetez des crédits immobiliers ou à la consommation. L’établissement prêteur peut vous accorder un taux fixe ou variable.

Le taux d’intérêt qui vous est appliqué est décomposé en deux parties. Il y a le taux nominal et le TEAG (taux annuel effectif global). Le premier sert à calculer les intérêts de l’organisme de financement. Il varie selon les banques. Il prend en compte uniquement la somme qui est prêtée. En principe, il baisse quand vous proposez des garanties solides (gros revenus ou patrimoine immobilier conséquent). Le TEAG quant à lui prend en compte tous les coûts liés à un rachat de crédit. Il inclut le taux nominal, les différents frais, le tarif du courtier, le prix de l’assurance…

Afin de savoir si votre demande de rachat de crédit sera acceptée, vous devez comparer le TEAG au taux d’usure. Ce dernier peut être connu quand vous consultez le site de la Banque de France ou le Journal Officiel. Il est défini pour chaque catégorie de prêt et est mis à jour chaque trimestre. Si votre banque estime que votre TEAG est supérieur au taux d’usure, votre demande de rachat est refusée. Cependant, vous pouvez toujours vous adresser à d’autres organismes financiers. En effet, le TEAG varie en fonction des conditions fixées dans le contrat. C’est pour cela que nous vous recommandons de toujours faire jouer la concurrence avant de choisir l’organisme qui va racheter vos dettes.

Quel est votre budget mensuel pour rembourser le crédit ?

Vous devez vous questionner sur vos revenus réguliers avant de procéder à un regroupement de crédit. L’idéal est que les mensualités ne dépassent pas le tiers de ce que vous gagnez. Quand vos revenus sont élevés, la banque peut revoir ce seuil à la hausse.

Pour déterminer votre budget mensuel, vous devez prendre en compte votre salaire net. La régularité de ce revenu est une bonne garantie aux yeux des établissements financiers. Les fonctionnaires et ceux qui ont un CDI depuis plusieurs années sont des profils appréciés. Si vous n’êtes pas salarié, les bénéfices liés à votre activité tiennent lieu de revenus. Néanmoins, le recours au rachat est plus difficile pour ceux qui sont dans cette situation.

La banque va aussi prendre en compte vos revenus fonciers si vous possédez un bien immobilier locatif. Elle ne considère qu’une partie des loyers (60 à 70 %), car elle estime que vous avez des charges. Les aides sociales et les rentes perçues à la suite d’un divorce sont aussi prises en compte. De même que les pensions de retraite et d’invalidité. En revanche, les revenus suivants ne sont pas pris en compte :

  • les primes exceptionnelles,
  • les heures supplémentaires,
  • les indemnités de transport et de restauration.

En revanche, les revenus fixes ne sont pas pertinents si vous ne prenez pas en compte les charges récurrentes dans le calcul. La banque considère celles qui sont invariables et diminuent votre capacité de financement. Il s’agit du loyer que vous versez, des pensions alimentaires ou des mensualités liées à un crédit bancaire. En revanche, les dépenses de la vie quotidienne ne sont pas comptabilisées dans le calcul des charges fixes.

Quelles sont les conditions de rachat de crédits proposées par la banque ?

En plus des conditions de revenus, vous devez également remplir des conditions précises. En général, les banques vont s’intéresser à votre situation personnelle. Elles accordent un rachat de crédit uniquement aux mineurs et à ceux qui jouissent de tous leurs droits civiques. De même, elles peuvent être réticentes à regrouper les dettes d’une personne qui est en instance de divorce. Si vous êtes dans ce cas, il faudra attendre la décision du tribunal. Votre âge conditionne aussi le rachat de vos crédits. La limite varie de 75 ans à 95 ans selon la banque.

Parmi les conditions de rachat de crédit, il faut aussi considérer votre historique bancaire. L’établissement va vérifier si vous êtes sérieux dans la gestion de vos finances. Pour cela, les banques utilisent un crédit score. C’est un outil statistique qui évalue le risque que vous avez de présenter un défaut de paiement. Si vous avez l’habitude d’être régulièrement à découvert, cela peut affecter cette note de manière négative. Les banques peuvent aussi refuser de prendre en compte des crédits spécifiques dans le rachat de dettes.

Quelles sont les garanties que vous devez fournir ?

Les organismes prêteurs réclament des garanties afin d’obtenir un remboursement en cas de défaillance. Elles varient selon le niveau d’exigence de l’établissement financier, de la nature des dettes et du nombre de crédits à regrouper. Le conseiller analyse la situation de l’emprunteur avant de réclamer des garanties. Nous vous recommandons de ne pas activer plusieurs leviers en vue de sécuriser un rachat de crédit.

L’organisme prêteur peut vous demander de garantir le rachat des crédits en faisant un réméré. C’est une opération qui consiste à vendre un bien immobilier puis à le racheter au bout d’une période. Cette dernière est comprise entre 6 mois et 5 ans. S’il s’agit d’un logement, vous pouvez toujours y habiter. Vous pouvez aussi verser une caution solidaire afin d’assurer l’opération financière. Cela signifie que vous devez trouver un garant. Il peut s’agir d’une personne physique ou d’une entreprise spécialisée dans la mutualisation de risques.

Le nantissement de contrat vous permet aussi de rassurer les établissements financiers. C’est un moyen d’obtenir de l’argent en mettant en gage un contrat d’assurance-vie, un compte à terme ou d’épargne. Si vous êtes un propriétaire, la solution la plus recommandée est la garantie hypothécaire. Elle permet à l’institution qui a racheté votre crédit de confisquer et de vendre aux enchères vos biens immobiliers quand vous êtes en défaut de paiement.

Avez-vous pris en compte tous les frais supplémentaires liés à ce type d’opération financière ?

En plus des mensualités et du taux d’intérêt, vous devez vous acquitter de frais liés à cette opération financière. Ainsi, il existe des organismes qui exigent que vous souscriviez à une assurance décès-invalidité avant de consolider vos dettes. C’est souvent le cas quand le montant est élevé. Des frais de dossier sont aussi réclamés. Si votre dossier est de bonne qualité et offre des garanties solides, la banque peut les supprimer.

L’organisme qui rachète vos dettes est dans l’obligation de les rembourser. C’est la raison pour laquelle il réclame le paiement des frais de remboursement anticipé. S’il s’agit de crédits de consommation dont la valeur est inférieure à 10 000 euros, vous ne devez pas vous acquitter de ces frais. De même, si c’est votre banque qui vous accorde le rachat, vous pouvez être dispensé de les payer. Si vous avez eu recours aux services d’un courtier, il faut aussi prendre en compte sa rémunération. Elle est comprise entre 1 et 8 % du montant du nouveau crédit. Vous devez verser cette commission seulement quand votre demande de consolidation de dettes est acceptée.

Les emprunteurs qui ont eu recours à une hypothèque doivent payer des indemnités de garantie. Cela inclut le règlement de la taxe foncière ainsi que des émoluments du notaire. Vous êtes exempté de ces frais quand la garantie est assurée par une tierce partie.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneEconomie

Les nouvelles règles sur l’achat de cigarettes en Belgique entrainent des confusions

Economie

L'essor de la location d'entrepôts dans les grandes villes

À la uneEconomieEntrepreneurInternational

C’est quoi “Choose France”, ce sommet organisé par la France ?

À la uneEconomieFranceInternational

Comment fonctionnent ces agences de notation qui évaluent la dette d’un pays ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux