À la uneCinémaFrance

Le tabac crève-t-il trop l’écran au cinéma français ?

Selon la Ligue contre le cancer, il y a une présence abusive des cigarettes au cinéma français. La ligue mène une enquête sur plus de 150 films français, pour déterminer l’omniprésence du tabac au grand écran. L’enquête cherche à sensibiliser, à quelques jours de la journée sans tabac.

Le constat est clair : Il faut stopper la valorisation du tabac au cinéma. C’est la troisième édition de cette enquête, en collaboration avec l’institut Ipsos. L’organisation déclare lors de l’étude : 

« Le tabac demeure quasi omniprésent dans les films français : entre 2015 et 2019, 90,7% comprennent au moins un événement, un objet ou un discours en rapport avec le tabac : personnes en train de fumer, présence de cendriers, cigarettes, personnage qui parle de tabac… »

La Ligue constate une augmentation de la présence de la cigarette dans les lieux de rassemblements, désormais des zones interdites à la consommation, on parle ici des cafés et restaurants. C’est ainsi que 21,5% des scènes de tabagisme se trouvent dans un lieu ,de travail, au bureau. 16,6% de ces scènes se trouvent dans des cafés ou dans des restaurants.

Les apparitions du tabac au cinéma durent en moyenne 2,6 minutes, ce qui équivaut à « six spots publicitaires ». Cette omniprésence est considéré par certains comme une incitation à la consommation, tandis que d’autres défendent les intentions qu’une cigarette peut apporter à l’intrigue ou au visuel du film.

Des films ciblés par l’enquête

La ligue souhaite sensibiliser les réalisateurs aux prochains films en cours de production. Elle appelle à « stopper ces pratiques inacceptables ». L’enquête annonce que la plupart des films d’animation ne sont pas concernés par cette sensibilisation, destinés principalement à un public très jeune. Des comédies françaises sont néanmoins la cible de ces accusations, On cite La folle histoire de Max et Léon par Jonathan Barré, Amis Publics par Edouard Pluvieux ou encore J’accuse par Roman Polanski.

La situation sanitaire n’a aidé en rien la baisse du nombre de fumeurs. Il était en amélioration depuis 2016, et cette statistique n’évolue maintenant plus dans le bon sens. Cette surreprésentation du tabac dans les films et séries peut être un danger. En sachant le nombre d’heures passées par les 18-24 ans devant leurs ordinateurs ou téléphones en ces temps d’isolement.

« La Ligue dénonce avec acharnement la valorisation du tabagisme dans les films français depuis plus de 15 ans » s’exclame le Professeur Axel Kahn, président de la Ligue. Le but étant de faire se rendre compte à l’industrie du cinéma que, volontairement ou non, elle participe à la puissance des lobbies du tabac.

À lire aussi : Des patchs anti-tabac seront remboursés par la Sécu

About author

Journaliste
Related posts
À la uneMédiasSport

Coupe du monde : que s'est-il sur TF1 à la fin du match France-Tunisie ?

À la uneBrèvesPolitique

Comment le Sénat américain essaie de protéger le mariage homosexuel ? 

À la uneBuzzPolitique

"Antifa" le jeu, c’est quoi ce jeu qui fait polémique à la Fnac ?

À la uneLittératureSéries Tv

5 choses à savoir sur Corto Maltese, le héros de BD bientôt adapté en série

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux