À la uneSéries Tv

Qui est Lucia Passaniti, bientôt dans Ici tout commence sur TF1 ?

Le 2 novembre, TF1 va lancer Ici tout commence, son nouveau feuilleton quotidien. Rencontre avec la révélation de la série, Lucia Passaniti.

TF1 a dévoilé il y a quelques semaines le casting de sa nouvelle série Ici tout commence. Du très lourd puisqu’on y retrouvera Francis Huster, Catherine Marchal, Elsa Lunghini, ou encore Bruno Putzulu. Mais on y retrouvera aussi celle qui fut notre révélation durant le confinement par le biais de Les mystères des majorettes sur France 3 : Lucia Passaniti.

Son personnage de Noémie, qui a appris aux côtés d’Auguste Armand, a été présentée dans Demain nous appartient :
Seconde du professeur de pâtisserie Emmanuel Teyssier, Noémie subit ses humeurs et la pression constante qu’il lui met. Très perturbée et à bout de nerf, elle prend des cachets pour se calmer et a des visions d’une mystérieuse jeune femme prénommée Amandine. Elle a une liaison secrète avec Enzo en qui elle trouve aide et réconfort. Noémie aimerait qu’il rompe avec Anaïs mais le jeune homme repousse le moment.

Nous avions décidé chez VL d’en faire notre révélation et de la suivre, et ce, bien avant que sa participation à la série ne soit annoncée. Nous avions alors pu nous entretenir avec elle sur son parcours et nous l’avions même reçu dans La loi des séries aux côtés de Pascal Légitimus.

INTERVIEW ? Rencontre et découverte avec Lucia Passaniti, vue dans Les mystères des majorettes et bientôt dans Section de recherches ?

Publiée par La Loi des Séries sur VL sur Lundi 22 juin 2020

Indéniablement, France 3 a la barraca avec ses téléfilms du samedi, collection de “Crime à …”, “Mystères à …” et autres “Meurtres à …”qui se classent régulièrement en tête des audiences. Bon a priori on n’est pas spécialement client de ce genre de programmes sauf quand ils nous permettent de confirmer des personnalités fortes repérées avant. Il y a quelques mois, TF1 présentait à la presse les nouveaux épisodes de Section de recherches. Finalement non diffusés pour cause de confinement, ils nous avaient permis de distinguer une comédienne vraiment talentueuse, charismatique, invitée le temps d’un épisode (“Extrême”) à être “la victime” de l’épisode mais qui, par la présence de très nombreux flashbacks, parvenaient à se faire une belle place au sein de l’épisode. Présente aussi dans Les mystères des majorettes, Lucia Passaniti est une très belle découverte. Elle est de ses comédiennes qui ont ce petit quelque chose en plus dès qu’on les voit. Sortant du lot, elle parvient ainsi à se démarquer dans des univers très “calibrés”. Par bien des aspects, elle nous rappelle la très talentueuse Manon Azem et on lui souhaite bien sûr le même succès. Rencontre avec celle que l’on suivra toute la saison prochaine.

Si Section de recherches n’a finalement pas encore été diffusée, c’est votre second gros projet avec Les mystères des majorettes …

Lucia Passaniti : Oui tout à fait. Il y a un moment déjà, j’avais fait un épisode de Joséphine sur TF1 mais c’était un second rôle, loin donc de tout ce que j’ai la chance de jouer avec ces deux séries / films. J’avais aussi fait 2 longs métrages indépendants et il s’agissait aussi de deux expériences extraordinaires.

Quand on regarde ce que vous faites dans ces deux séries, mais aussi même dans votre formation “Le laboratoire de l’acteur”, il s’agit toujours d’univers plutôt sombres. Diriez-vous que c’est une image que vous renvoyez (alors que vous êtes justement à l’opposé quand on vous rencontre) ?

D’une certaine manière, ça doit être quelque chose que je renvoie. Dans ma carrière, je n’ai sans doute pas encore eu l’occasion de toucher à des rôles plus légers. J’ai même des amis réalisateurs qui me disent que c’est précisément cet autre aspect plus lumineux, plus drôle de ma personnalité qu’il faut montrer. Mais déjà au Laboratoire de l’acteur, ma coach m’avait dit “c’est dans ce registre que l’on va t’employer.” Et même si j’avais ce côté un peu “garçonne”, elle était convaincue qu’au delà des rôles sombres, on me ferait jouer aussi dans des rôles très féminins (et c’est le cas quand on regarde bien, ces rôles sont féminins, sexués).
Il a donc fallu que j’apprenne dans mon métier à utiliser et jouer avec cette partie de ma personnalité, à trouver ma féminité. Et c’est bien normal, j’avais 16 ans quand j’ai commencé et c’est le moment où on est un peu perdu, où l’on se cherche. Maintenant, avec le temps, j’y arrive bien sûr davantage. Mais sur Les mystères des majorettes, j’ai encore eu un moment difficile avant de tourner la scène de pole dance. Quelques minutes avant, alors que j’angoissais à l’idée de tourner, j’ai eu ma sœur au téléphone qui m’a dit : “Arrête de stresser ! T’es une femme donc t’es féminine et t’es belle et y aura pas de soucis“. Dès lors, ça a été mieux et j’ai pu mon concentrer sur le reste, sur le jeu qu’il y avait à côté. L’équipe du film a d’ailleurs été top avec moi et ça s’est super bien passé, ils m’ont tous encouragé.

C’est génial quand on est jeune actrice comme vous d’avoir déjà d’aussi gros rôles …

C’est parce que j’ai la chance d’avoir une excellente agente depuis mes 17 ans, Laurence Coudert, qui me suit et me trouve tous ses rôles dans lesquels j’ai la chance de jouer. Je l’ai rencontré lorsque j’étais encore au Laboratoire de l’acteur lors des “auditions pro” à la fin de l’année. Elle était encore chez Adequat à l’époque (grosse agence artistique ndlr) et c’était vraiment génial pour moi de pouvoir l’avoir comme agent. D’ailleurs au même moment, au Laboratoire de l’acteur, on a eu la chance de recevoir Gérard Depardieu qui au lieu de faire une traditionnelle masterclass, a préféré faire travailler certains d’entre nous (dont je faisais partie) sur 5 scènes et la fin, il a juste dit “bon j’ai rien à dire c’est parfait !” Bon là, on ne sait pas trop comment réagir. Et en me regardant il a ajouté “Ce sourire que tu as utilisé dans une scène pourtant violente, c’est vraiment super. Je ne me fais pas de soucis pour toi, théâtre ciné télé, tu vas travailler, ça ne fait aucun doute“. Deux semaines plus tard, j’ai rencontré Laurence Coudert et c’était vraiment super !
Par la suite, j’ai mis un peu de temps à décrocher des rôles mais c’était normal, j’étais trop angoissée en arrivant en casting. Je jouais ma vie à chaque fois tellement c’était vital pour moi. Mais du coup, naturellement, on ne pouvait pas m’engager. Maintenant j’arrive en casting et je fais. Et ça fait toute la différence car du coup je n’envoie plus cette image, on peut me diriger car j’ai plus confiance en moi. Et les rôles peuvent enfin arriver.
J’ai aussi fais pleins d’autres choses, j’ai été assistante metteuse en scène avec Johanna Boyé avec qui j’ai énormément appris, c’est quelqu’un d’incroyable. Et avec cette expérience, j’ai aussi pu voir tout ce qu’il faut faire ou ne pas faire en tant qu’actrice et ça m’a beaucoup aidé. C’est important de voir tout ce qu’il y a autour de ce métier de comédienne.
Aujourd’hui je commence à avoir très envie de réaliser, j’écris aussi des projets de pièces de théâtre. Je fais ce que j’aime et c’est vraiment super !

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneActualitéBuzzFrance

Aides Covid : L'influenceur PA7 soupçonné d'avoir détourné plusieurs millions d'euros

À la uneInternationalPolitique

Comment se déroulent les élections législatives en Allemagne ?

À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous ... le pilote de Ash vs Evil Dead disponible sur Netflix

À la uneActualitéSanté

Covid-19 : La France met les bouchées doubles en dons de vaccins

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux