À la uneFranceSociété

C’est quoi les “safe places” mises en place par la RATP ?

Mercredi 6 décembre, la RATP a inauguré les premiers « lieux sûrs » dans le cadre du dispositif « safe place » en Île-de-France. Cette initiative en partenariat avec la start-up UMAY s’inscrit dans le projet du Grand Paris avec une volonté de lutter contre les agressions dans les transports en commun.

En 2021, les autorités ont recensé 72.000 plaintes pour délits ou crimes sexuelles en France. Une donnée conséquente puisque cela représente 197 plaintes par jour en un an. Selon le ministère de l’intérieur, cela représente une hausse de 77% par rapport à 2016. Et les réseaux de transport ne sont pas épargnés, près de 9 femmes sur 10 en France affirment avoir été victime de « harcèlement sexiste ou sexuel » dans les transports en commun, soutient le gouvernement. À l’approche de Paris 2024, le réseau francilien a décidé de mettre en place des « safe places » pour lutter contre ces agressions.

Premières « safe places »

La RATP a inauguré trois premiers lieux sûrs à la gare d’Auber pour les usagers des transports en commun. Ces zones sont des commerces labellisés « safe place UMAY ». Ce sont des magasins où les victimes peuvent se réfugier en cas d’agression ou harcèlement. Elles seront accueillies et mises en sécurité. Désormais, trois enseignes partenaires sont en tests, Avril, RELAY/Fnac et Monop’. À long terme, la RATP souhaite créer tout un réseau de « safe places » sur l’ensemble des lignes. De plus, l’initiative est en partenariat avec Lagardère Travel Retail France. Le groupe s’est engagé à labelliser chacune de ses nouvelles boutiques.

UMAY, une volonté de sécurité

Cette opération est menée par la RATP et UMAY. La start-up française est déjà implantée dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes. UMAY, c’est d’abord une application visant à sécuriser les déplacements des les lieux publics. Lors de vos trajets vous pouvez notifier quelqu’un de confiance pour qu’il veille sur vous et trouver les safe places déjà certifiées par l’app. Aujourd’hui, plus de 6500 safe places sont déjà labellisées. Enfin si vous rencontrer un problème, il est possible de le signaler.

©UMAY
About author

Journaliste
Related posts
À la unePolitiqueSéries Tv

Une série est en préparation sur Brigitte Macron

À la uneMédias

Tout le monde veut prendre sa place : qui pour remplacer Jarry ?

À la unePolitique

C’est quoi “l’excuse de minorité” que veut supprimer Jordan Bardella ?

À la uneMédias

Secret Story : où peut-on revoir toutes les saisons de l'émission ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux