À la uneActualité

5 fautes de français à ne plus faire sous peine d’être un moins que rien

elie semoun

Elles sont toujours là, à s’immiscer dans notre quotidien. Les fautes de français nous encerclent et n’en finissent pas de nous écorcher les oreilles. Voici 5 erreurs à ne plus commettre. C’est pour votre bien, c’est promis !

« Ceci » ou « cela » ?

Ceci, cela… on ne sait jamais vraiment quel mot sortir pour paraître intelligent. Voici l’astuce qui vous permettra de cacher vos lacunes de langages. Maintenant que tout le monde va être au courant. « Ceci » désigne la chose la plus proche, et « cela » pointe la plus lointaine. Voilà, c’est dit.

«Voici» ou «Voilà» ?

C’est le même concept, mais il est un tout petit peu transposé. Mais c’est un principe qui peut vous sauver de la panne sèche quand votre cerveau se dit « On dit voici ou voilà ? » Promis c’est simple, voici ce que je vais te dire : « voici » annonce ce qui va être dit. Voilà en gros c’est ce que je devais te dire. « Voilà » fait référence à ce qui vient d’être dit. Voili voilou, maintenant vous en faites ce que vous voulez.

«Convaincant» ou «convainquant» ?

Accrochez-vous à moi-même qui essaie de m’accrocher parce la c’est compliqué. Je vais essayer d’être convaincant, enfin convainquant, enfin de vous convaincre et de faire de vous des convaincus, enfin des convainqus (ce mot n’existe pas).
Le projet Voltaire rappelle que le participe présent voit souvent son orthographe modifiée quand il devient adjectif. La je vous laisse le schéma : 

  • « -ant » devient « -ent », « différant » devient alors « différent »
  • « -quant » devient « -cant », « convainquant » devient donc « convaincant »
  • « -guant » devient « -gant », « naviguant » « navigant », vous avez compris.

Après tout ce que vous avez à savoir, c’est comment distinguer le participe présent de l’adjectif. Le participe passé est une action passagère ou qui progresse, l’adjectif indique un état permanent. J’espère avoir été convaincant du coup.

«Après que» ou «Avant que» ?

Alerte faute répandue ! On ne dit pas « après qu’il ait diné » mais « après qu’il a diné ». C’est moche, cette phrase se prononce avec la voix de Jeff Tuche, mais c’est comme ça. Les temps de l’indicatif passé doivent suivre leurs expressions.

L’impératif

Sur internet, Valérie G monte d’un ton. «Le pire? Ceux qui mettent un ‘-s’ à l’impératif pour les verbes du premier groupe! Exemple: ‘continues!’ au lieu de ‘continue!’. Et on retrouve cette erreur constamment. Partout. Il suffit de lire les réseaux sociaux. Le pire c’est que les gens ajoutent le ‘-s’ en pensant bien faire! Il est très rare de trouver cet impératif correctement orthographié. On retrouve aussi souvent ‘t’inquiètes’ – sous-entendu ‘ne t’inquiète pas’ – il ne faut donc pas de ‘-s’.»
Dois-je en dire plus ? Elle a bien expliqué non ?

https://media.giphy.com/media/l1J9u3TZfpmeDLkD6/giphy.gif
À LIRE AUSSI… 5 fautes de français à ne plus faire sous peine d’être un gibier de potence

Related posts
ActualitéSéries Tv

On débriefe pour vous ... Griselda, Netflix récidive dans le trafic de drogues

ActualitéSéries Tv

On a revu pour vous ... le premier épisode de Dick le rebelle (1979)

ActualitéCinémaHistoire

"Une vie" : est-ce que le dernier film d'Anthony Hopkins est inspiré d'une histoire vraie ?

À la uneSéries Tv

Le fil d'Ariane : est-ce que TF1 va commander une série après ce pilote ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux