Covid19: Déplacements de 100 km à vol d’oiseau autorisés. Port du masque obligatoire dans les transports en commun pour les plus de 11 ans. Attestation de l’employeur pour circuler à l’heure de pointe dans les transports en Ile de France. Les dernières annonces pour le 11 mai à retrouver dans notre live et lepoint sur l'évolution de l'épidémie.

FootSport

L’état d’urgence décrété à l’Olympique de Marseille

Deux victoires en 15 matchs, 9e de la Ligue 1 et une sombre défaite face à Saint-Étienne, Marseille continue de s’enfoncer dans la crise jour après jour.

La semaine dernière face à Monaco, les Marseillais ont joué avec les nerfs des supporters. Ces derniers n’ont pas hésité un seul instant à sortir leurs banderoles les plus « acides ». On retiendra particulièrement « vous avez tous de l’argent, achetez-vous des couilles. » Ou encore « mouille le maillot ou casse-toi » dédié à l’entraîneur, Rudi Garcia qui est sur un siège éjectable depuis trop longtemps.

Une once d’espoir

Décidément le stade Geoffroy-Guichard est une vraie terre maudite pour les Marseillais, battu en 32e de finale par les amateurs d’Andrézieux-Bouthéon (2-0) il y a dix jours, l’OM n’y arrive plus et perd trois points face à Saint-Étienne hier soir.

Hormis cette défaite, les hommes de Rudi Garcia ont offert un spectacle un peu plus attrayant. L’entraîneur a réussi à démontrer une certaine stabilité avec un 3-5-2 plutôt intéressant. Il a également positionné deux ailiers, Lucas Ocampos et Florian Thauvin qui ont su être à la pointe de l’attaque. Ce changement de système de jeu est dû à l’absence de Dimitri Payet qui a rejoint le banc des remplaçants. Un positionnement qui a d’ailleurs fortement gêné les sorties de balles des Stéphanois mais sans pour autant les affaiblir.

Malheureusement cela n’a pas suffi pour que Marseille remporte la victoire. Une victoire qui aurait fait du bien au moral des joueurs et surtout à ceux des supporters qui ne savent plus quoi faire pour pousser leur équipe. Quant au technicien français, il restera dans le viseur des supporters… jusqu’à dimanche face à Caen.

Rudi Garcia peine à trouver une solution efficace

Que fait l’entraîneur ? Pour l’instant pas grand-chose, son équipe sombre et n’arrive pas à décrocher une place sur le podium. À croire qu’il a choisi de s’enfoncer dans la crise plutôt que de redresser son équipe. La seule victoire de Marseille, reste face à Angers mais sinon aucun succès en deux mois pratiquement. Éliminés des deux coupes nationales, honteux en Ligue Europa, le rêve de la Ligue des Champions s’éloigne à grand pas.

Le club est au bord de la rupture, certains supporters ne comprennent pas comment il est possible de gagner 500 000 euros par mois pour marcher sur un terrain #Payet. Mais la triste vérité est que les Marseillais ne mouillent plus autant le maillot que l’année dernière, eux qui étaient en finale de la Ligue Europa et 4e de Ligue 1. Face à ce gros problème, Rudi Garcia peine à trouver une solution pour sortir son équipe de cette crise et pourtant le temps presse.

À se rappeler que l’ancien entraîneur Lillois n’a jamais su faire de prouesse 3 ans de suite au sein d’une équipe que ce soit à l’Olympique de Marseille, à Lille ou encore à L’Associazione Sportiva Roma.

Related posts
À la uneBrèvesSport

L’ex-champion d’athlétisme Usain Boldt est papa !

RugbySport

Rugby : il prend sa retraite après 163 matchs

À la uneFootSport

Interview Neo Mesbah – « Une fierté de porter ce maillot car il représente une île et ses supporters »

BrèvesRugbySport

Nouvelle-Zélande : 265 millions de dollars pour aider le sport

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux