Covid19: 7560 morts en France, un record de personnes en réanimation (6838) mais un besoin en lits supplémentaires qui diminue jour après jour. Prolongation du confinement jusqu’au 15 avril minimum. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

ActualitéInternational

L’Europe craint de nouveaux essais nucléaires nord-coréens

Ce mercredi, l’Union Européenne exprime lors d’un conseil de l’AIEA son inquiétude : de nouvelles images satellites suggèrent que la Corée du Nord s’apprête à relancer ses essais nucléaires.

C’est à Vienne que les 28 Etats membres de l’Union Européenne ont annoncé devant le conseil des gouverneurs de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) que « l’Union Européenne est très préoccupée par les informations selon lesquelles la République populaire démocratique de Corée pourrait préparer un quatrième essai nucléaire ». Et pour cause, des activités inhabituelles ont été remarquées sur le site nucléaire de Punggye-ri, activités assimilées à des préparatifs pour de nouveaux essais. Ces images donnent à penser que Pyongyang est reparti à la chasse à la bombe atomatique.

Si cette inquiétude se concrétise, ces essais ne seront pas les premiers. Depuis que la Corée du Nord s’est retirée du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2003, on a dénombré plusieurs essais effectués en 2006, 2009 et février 2013, toujours sur le complexe de Punggye-ri. Et ce n’est pas tout. La Corée a multiplié les tirs d’essai de missiles en mer et le site de Yongbyon fermé depuis 2007 aurait relancé son activité en août 2013. Ces essais sont effectués pour permettre au pays d’obtenir la puissance balistique suffisante susceptible d’attendre Etats-Unis ou l’Europe, technologie qui manque toujours à Kim Jong-I.

Aujourd’hui, il fait fi des interdictions et s’attache au perfectionnement de la technologie nucléaire. Rien n’arrêtera la chasse à la bombe atomique tant que le Graal ne sera pas atteint, peu importe l’alourdissement des sanctions internationales. Le dirigeant veut montrer que le pouvoir est au sommet et affirmer la puissance et le rayonnement de son pays. La bombe H est un véritable outil de pression à l’échelle internationale et une assurance contre l’extérieur. Elle constitue une monnaie d’échange contre du pétrole ou des dollars en marchandant le report de ces activités et surtout une garantie de l’exercice du pouvoir pour encore de nombreuses années.

 

Photo : AFP

Related posts
À la uneActualité

Coronavirus : "le discours personnel" d'Elisabeth II ce soir aux Anglais

À la uneActualitéFranceMédias

Afida Turner : en nuisette et décolleté XXL sur C8 pour parler coronavirus

À la uneActualitéFranceSanté

Coronavirus : le don du sang est essentiel pour aider les hôpitaux

CultureInternationalSociété

Confinement: Le musée même à la maison

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux